vient de paraître : « Regards croisés sur la psychothérapie : Psychanalyse & Gestalt-Thérapie », par C.Masquelier-Savatier et E.Marc

Plaisir de partager l’annonce de la parution de cet ouvrage. Il est écrit par deux collègues et introduit par la préface d’un troisième, Francis Vanoye – collègues que j’apprécie, connais et respecte.

 

 » Voici un ouvrage profondément original. Deux psychologues et psychothérapeutes, aux orientations différentes, choisissent de dialoguer. Chantal Masquelier-Savatier est Gestalt-thérapeute et Edmond Marc s’inscrit dans une orientation psychanalytique. Il n’est pas fréquent que des psys n’appartenant pas au même courant acceptent de confronter leurs points de vue dans un même ouvrage. C’est souvent le rejet mutuel, ou au moins la distance, qui prévaut.

Ces auteurs prennent le risque d’un échange sans complaisance mais où priment l’ouverture et la reconnaissance de l’autre. Plutôt que de chercher à présenter parallèlement ces deux démarches, ils s’attachent à considérer leurs interrelations depuis la naissance de la Gestalt-thérapie jusqu’à la situation actuelle.

Pourquoi avoir choisi ces deux approches ? La psychanalyse est longtemps restée la méthode reine dans le champ de la psychothérapie du XXe siècle; Jusqu’à ce qu’apparaisse dans les années soixante le courant de la psychologie humaniste et existentielle dont la Gestalt-thérapie est une école majeure. Confronter ces deux démarches, c’est montrer leurs différences et leurs divergences fondamentales. Mais c’est aussi souligner leurs convergences et leur complémentarité possible. Cet ouvrage soulève donc la question, centrale aujourd’hui, de la diversité du champ de la psychothérapie et de son unité potentielle. « 

FLYERS 100x150-2 - copie-page-001FLYERS 100x150-2 - copie-page-002

 

« Le surplus de subsistance » par Bruno Latour

A lire, pour ce qu’il contribue et met en question concernant les « rapports entre ce qu’exigent les gouvernements et ce que les sociétés considèrent comme acceptable ».

Le surplus de subsistance

Quel État peut imposer des « gestes barrières » aux catastrophes écologiques ?

par Bruno Latour, publié en mai 2020 dans la revue Esprit. Original ici.

 

« Tout change s’il s’agit, non pas de maintenir ou d’accélérer la production pour avoir plus à redistribuer et le faire plus équitablement, mais d’assurer le maintien des conditions de subsistance de tous les participants nécessaires à l’habitabilité des humains. »

42765_large

La crise sanitaire actuelle est d’une telle dimension qu’elle commence à donner une petite idée des crises à venir imposées par la mutation climatique1. Il y a de nombreuses manières d’aborder les liens entre ces deux événements majeurs, mais c’est aux rapports entre ce qu’exigent les gouvernements et ce que les sociétés considèrent comme acceptable que je voudrais m’intéresser ici. Il me semble qu’il faut aviver le contraste entre l’autorité dont dispose l’État pour imposer des mesures concernant la santé, au sens traditionnel du terme, et celle dont il disposerait s’il en venait à nous imposer des mesures drastiques pour notre santé, au sens élargi qu’impose l’écologie. La Covid-19 ne teste pas l’administration de la même façon que la mutation climatique – plus ancienne, plus massive, plus radicale. Si l’on a accepté pour un temps de multiplier les « gestes barrières » à la contagion d’un virus, je ne suis pas sûr que l’on soit prêt à accepter du même État l’imposition de gestes barrières pour favoriser la santé de la planète !

De la biopolitique un à la biopolitique deux

La probabilité pour que la crise sanitaire serve de répétition ou de « crash test » pour la mutation écologique paraît faible quand on compare les relations qu’entretiennent la société civile et l’administration – pour reprendre provisoirement des catégories trop générales. Quand il s’agit de santé et de protection de la vie, on bénéficie de plusieurs siècles derrière nous au cours desquels la société civile a pris l’habitude de s’en remettre à l’État et, en gros, malgré d’innombrables critiques, à lui faire confiance. D’ailleurs, sans l’État, sans l’appareil statistique, sans les capacités de mobilisation des ministères, sans la police ou même parfois sans l’armée, les populations ne sauraient pas comment se comporter devant une menace dont elles ne verraient même pas clairement les effets. Pour cette crise-là, et parce qu’il s’agit de maladie, le public accepte donc ce rapport relativement infantilisant de se trouver littéralement « dans la main de l’État ». La raison en est que la légitimité de son action s’est construite depuis très longtemps (depuis l’hygiène au XIXesiècle, la mise en place des vaccinations, etc.) et que la société civile a transféré ses connaissances et ses compétences à l’administration. D’où la docilité très relative avec laquelle le confinement a été accepté. On s’est retrouvée dans la biopolitique décrite par Michel Foucault avec un rapport plus ou moins filial à l’État pasteur qui gère, soigne et dirige ses « brebis »… (N’appelle-t-on pas, en Allemagne, Madame Merkel « Mutti » pour souligner ce rapport filial et presque maternel avec son administration ?)

La situation est entièrement différente avec les questions dites écologiques. Là, c’est l’administration qui est souvent considérée comme un obstacle aux efforts encore timides de la société civile pour imaginer ce que peut vouloir dire une alternative écologique aux sociétés industrielles du passé. Il n’est pas question ici de volonté générale partagée entre l’administration et le public, puisque ni le public ni l’État ne partagent des conceptions communes sur ce qu’il convient de faire. Dans ce cas-là, le décalage est parfaitement clair entre une administration qui a su accompagner, après-guerre, la reconstruction, puis l’effort de modernisation ( ce qu’on a fort indûment appelé les « Trente Glorieuses »2), mais qui, déjà à partir des années 1980, a eu toutes les peines du monde à se situer dans l’immense mouvement de la globalisation où elle ne savait pas s’il fallait l’accélérer ou le ralentir3. Voilà un cas typique où le logiciel actuel de l’administration est en décalage avec la nouvelle tâche d’exploration nécessaire pour faire face à la mutation écologique. Par conséquent, chaque décision de l’État se trouve en conflit radical ou partiel avec les nécessités de la transition. Pour ces questions nouvelles, l’administration ne peut donc en aucun cas jouer le rôle de gestion paternelle et donner des directions fiables à ses « brebis »…

D’une part, parce que ses réflexes actuels, fondés sur les périodes précédentes, s’opposent de toutes façons à cette mutation, mais aussi, de façon plus fondamentale, l’administration n’aurait pas l’autorité ni même la légitimité d’imposer quelque mesure que ce soit (l’histoire des décisions prises par le ministère de l’Environnement et précipitamment annulées suffirait à prouver l’argument). Autrement dit, si la société civile accepte de déléguer à l’État le rôle protecteur contre les épidémies, elle ne s’est pas encore décidée, si l’on peut dire, à lui offrir cette même autorité pour l’aider à traverser l’expérience encore plus traumatique d’une mutation complète des sociétés industrielles. L’État, dans ce cas-là, ne représente pas la volonté générale, parce que, tout simplement, la société civile n’a pas non plus d’idées précises et « générales » sur sa dite « volonté ». Elle est donc dans l’impossibilité de déléguer à l’administration la tâche de mettre en œuvre ce qu’elle « veut », faute de le savoir elle-même. Et si elle le savait, elle serait bien en peine d’accompagner l’administration tout au long pour éviter de nouvelles erreurs.

Si l’on tient à maintenir la notion de biopolitique – cette idée que l’administration gère la vie, le nombre, le bien-être des populations sur lesquelles elle a des droits –, il faut alors distinguer unebiopolitique numéro un, celle décrite par Foucault dès le XVIIIe et qui n’a cessé de se renforcer depuis, en particulier autour des questions sanitaires. Cette biopolitique se présente comme un échange de bons procédés : « Vous, l’administration, vous assurez notre santé et, en échange, nous nous soumettons aux mesures que vous prendrez, fussent-elles coercitives (en râlant copieusement, peut-être mais in petto). » Il n’existe pas de biopolitique numéro deux, celle qui aurait étendu la notion de bien-être des populations humaines pour y inclure les conditions beaucoup plus larges qui permettent aux humains d’exister (de respirer, de croître, de prospérer).

C’est le cœur de la question et c’est là où il faudrait étendre la notion de « vie », et même de « bonne vie » et de « santé » pour absorber la notion, maintenant bien développée en écologie scientifique, d’habitabilité. Il se trouve que les vivants, parce qu’ils rejettent à l’extérieur les déchets de leur métabolisme, créent, par hasard, des conditions nouvelles et imprévues dont d’autres organismes se sont emparés pour prospérer4. De fil en aiguille, au cours de plusieurs milliards d’année, un environnement totalement nouveau s’est constitué où il est devenu impossible de distinguer la limite d’un organisme donné et les conditions procurés à cet organisme par les rejets des autres vivants. La question cruciale n’est donc pas celle de la vie ou de l’environnement, mais de l’habitabilité qui permet de maintenir les conditions d’existence pour d’autres vivants –humains compris.

Oui, c’est évidemment plus large que la question de la santé attaquée par des microbes et qu’il faut combattre par des vaccins ou des médicaments sous la surveillance de l’État (la biopolitique numéro un). Mais c’est bien, malgré tout, là où se situe le nouveau et futur devoir protecteur de tout État qui prétendrait assurer la bonne vie de ses concitoyens dans le futur. Sauf qu’il n’y a aucun mécanisme en état de marche, pour l’instant, pour offrir à cette nouvelle administration la légitimité d’abord, la légalité ensuite, d’intervenir pour nous protéger des risques qui compromettent les conditions d’habitabilité de notre propre existence humaine. Il n’y a pas (pas encore) de biopolitique numéro deux.

À quelle administration s’adresse-t-on ?

Pour mener à bien une telle exploration, il faut pouvoir s’adresser à une administration rendue capable d’apprendre de ses citoyens. Si je m’adresse aux administrateurs comme aux représentants de la Raison qui possèderaient, par fonction, par nature, par science infuse, la compréhension de l’intérêt général et du bien commun, je m’adresse à une instance qui n’existe pas – disons à un fantôme. Pour être sûr de savoir à qui l’on s’adresse, il faut se donner une tout autre idée de l’État, et considérer que l’administration est un outil provisoire et révisable que se donne la société civile quand les questions qu’elle a longuement travaillées deviennent trop longues ou trop compliquées pour être prises en charge par elles seules. Comme il n’y a rien de plus compliqué à percevoir que l’intérêt général, il faut un ajustement constant entre l’exploration par la société civile des affaires qui la préoccupent et les applications par l’administration des compétences que la société lui a déléguées. À tout moment, aussi bien la société que l’administration peuvent arrêter de poursuivre le bien commun et se corrompre5. Soit que la société civile ait renoncé à prendre sur elle de décrire sa propre situation et qu’elle s’en soit remise trop longtemps à l’État du soin de la mener dans le bon sens – il y a dépolitisation générale par le bas – ; soit que l’administration, se croyant dépositaire à vie de l’intérêt général, imagine de résoudre par elle-même les questions qui lui avaient été confiées sans s’assurer du relais de la société civile – il y a dépolitisation par le haut.

Pour le dire de façon un peu trop vulgaire et brutale : pour que l’administration puisse « faire son beurre », encore faut-il que la société civile se soit tirée assez de lait pour donner de la crème… Ou, d’une façon plus élégante mais non moins brutale : par définition, l’administration n’est capable de régler que les affaires du passé : celles que la société civile a longuement muries, débattues, tentées de comprendre et commencer de résoudre. C’est pourquoi, selon la phrase célèbre de Dewey, « l’État est toujours à réinventer ».

Il n’est pas injuste de considérer que, pour le moment, en France, la dépolitisation par le bas et la dépolitisation par le haut ont conjointement vidé les procédures qui permettraient d’explorer la volonté générale sur ces sujets6.D’où la profonde désorientation, aussi bien du côté de la société civile, qui continue à attendre trop d’un État qu’elle s’est abstenue depuis des années de « recharger » en compétence, que du côté de l’administration, qui espère se faire obéir sans avoir saisi que, au moment de passer à l’action, seuls les relais de la société civile peuvent donner de la consistance aux compétences de l’État. On ne pourra pas avancer dans ces questions, sans remettre en branle cet écosystème complexe qui permet d’explorer et d’expérimenter une volonté générale qui, par définition, échappe à tout le monde et doit toujours être rattrapée à la volée7.

Si l’État représentait la Raison au sens imaginé par Hegel, la question de l’équipement matériel et humain de l’administration ne se poserait pas. L’État incarnerait la Raison, point. Mais si l’on parle de l’administration telle qu’elle est, il faut se poser la question de son équipement, de ses outils, de ses bureaux, de ses carrières, de son financement et surtout de sa capacité à absorber, reprendre, modifier, les leçons que lui dicte la société civile. Une fois ce point clarifié – l’État n’a pas d’autre accès à la connaissance du bien commun que les conduits offerts par l’exploration de la société civile –, on peut s’adresser utilement au personnel de l’administration car on ne se prépare plus à pénétrer dans l’antre du « monstre froid ». On entre dans des bureaux où se réunissent des femmes et des hommes plus ou moins bien équipés en outils d’enquête plus ou moins adéquats.

Or on tombe, en France, sur la deuxième grande difficulté, après celle de la dépolitisation par le bas et par le haut : l’administration est faible, clairsemée, sous-équipée en personnel. C’est un mythe ancestral que l’État français serait fort et même trop fort. Certes, il prétend s’occuper de tout et partout, mais c’est une illusion, symétrique de celle de la société civile qui croit pouvoir attendre tout de lui, sans rien faire soi-même. Comme le cerveau d’un individu a besoin de ses neurones en bon état de marche, l’administration, pour absorber une multitude d’événements contradictoires et de controverses, a besoin de neurones nombreux, rapides et surtout libres de se consacrer à la tâche actuelle. Bien sûr, à l’État de la Raison hégélienne, on ne demande pas de combien de neurones il a besoin pour incarner la volonté générale, mais pour l’administration française la question se pose : avez-vous l’équipement mental, social, humain, matériel, financier pour reconstruire le chemin à double sens qui re-politiserait la société civile aussi bien que vous ? Inévitablement, si vous n’avez pas l’équipement idoine, cette exploration du bien commun va vous échapper.

Construire la conscience des classes géosociales en conflit

La question devient donc celle de construire peu à peu, à partir de la société civile et de proche en proche, une représentation commune de la mutation nécessaire, pour ensuite partager avec l’administration les tâches de mise en œuvre, de suivi, d’évaluation et de rectification éventuelle. Ce travail de la société civile sur elle-même pour savoir ce qu’elle désire, rien ne peut le remplacer. Or le drame, c’est que les citoyens, vidés politiquement par cinquante ans de globalisation, habitués à s’adresser à l’État de la Raison comme au seul interlocuteur possible de leurs angoisses, renforcés par l’accélération des réseaux sociaux qui donnent l’impression de s’exprimer alors qu’ils ne font souvent que transporter les mêmes produits à la chaîne dans des usines de fake news quelque part en Sibérie, n’ont plus de repères pour décider qui ils sont, où ils sont, contre qui et avec qui. D’où le flottement où l’on se trouve, chaque fois que l’on veut s’opposer à une mesure ou en proposer une autre. Agir politiquement aujourd’hui revient au même que, pour un amputé, de bouger son membre fantôme

C’est là où il nous faut abandonner la notion bien trop simpliste de « société civile » qui résume fort mal le rapport de co-exploration de la volonté générale avec l’administration. Pourtant, la notion usuelle de « classe sociale » qui sert pour qualifier et compliquer la notion trop abstraite de société civile ne nous servirait pas ici. Certes, la crise sanitaire a rendu encore plus visible la stratification sociale en matérialisant de façon encore plus frappante les inégalités entre pays et, à l’intérieur des pays, entre les confinés et ceux qui permettaient aux premiers de se confiner. Mais la notion de classe sociale élaborée au XIXe siècle par les mouvements socialistes pour absorber le choc de l’industrialisation, de l’urbanisation et de la colonisation, a perdu beaucoup de sa pertinence pour saisir la forme des conflits actuels.

Après l’étrange période des années 1980 où l’on prétendait même que les classes sociales avaient « disparu » et que disparaissaient avec elles les « conflits de classe », il est évident aujourd’hui que les conflits se multiplient autour de tous les sujets dits « écologiques », mais qu’on ne sait pas comment les classer justement et les regrouper en ligues, en alliances, en fronts de lutte. Pas étonnant ainsi que l’administration, héritière de la constitution de l’État providence, se trouve démunie faute de pouvoir s’orienter dans les nouveaux conflits de classe que nous appelons géosociaux parce qu’ils portent bien sur des classes mais dont le lien aux questions de lieux, de sols, de terre et d’occupation des terres, est décalé par rapport aux classes sociales liées, comme on le sait, aux positions dans ce qu’on appelait le « système de production ».

Le décalage entre classe sociale et classe géosociale est de même type qu’entre biopolitique un et deux : la place des humains y est décalée. Dans un système de production, les injustices sont repérées parce que la distribution des ressources accumulées par la production se trouvent accaparées par certains aux dépends d’autres – les travailleurs dans la tradition communiste. La solution à ces injustices passaient – toujours dans la même tradition – par une modification du cadre juridique de cette production : la fameuse « appropriation des moyens de production » capables, aux yeux des révolutionnaires du passé, de capter enfin la « plus-value » et la redistribuer équitablement. Mais dans tout ce dispositif, il n’y avait aucune remise en cause du système de production lui-même : il restait le meilleur moyen d’assurer la prospérité des humains et devait au contraire être poussé beaucoup plus loin. La corne d’abondance n’était pas mise en question8.

Tout change s’il s’agit, non pas de maintenir ou d’accélérer la production pour avoir plus à redistribuer et le faire plus équitablement, mais d’assurer le maintien des conditions de subsistance de tous les participants nécessaires à l’habitabilité des humains. C’est là où le décalage et l’amplification sont de même nature qu’entre biopolitique un et deux : les humains et leur prospérité sont bien le but visé, mais la prise en compte des conditions de cette prospérité sont complètement différentes – et la définition des humains aussi. Dans le premier cas se construit la scène des conflits juridiques entre propriétaires et prolétaires – pour parler comme jadis – mais les deux partagent l’appétit pour le même système de production ; dans le deuxième cas se construit une scène – qui est en train de se dessiner – entre une multitude d’usages de la terre et du travail autour de conflits existentiels sur la définition de ce qu’est la prospérité et ce que sont les humains.

Un employé qui manifeste pour le développement du Triangle de Gonesse et la création d’un supermarché géant qui lui assurerait un travail à proximité n’est pas aligné sur les intérêts de ses voisins de la même classe sociale qui manifestent contre l’artificialisation du même lieu et pour sa transformation en perma-culture de pointe qui leur assureraient un travail rémunérateur. Le conflit de classes géosociales décale les fronts des conflits de classes sociales.

Mais, pour le moment, ces décalages ne font pas l’objet d’un enregistrement systématique et détaillé – d’un classement permettant d’aligner des groupes suffisamment nombreux pour agir. Dans le cas précité, on se contentera d’opposer les employés avec « les écolos ou les bobos » comme s’il y avait une sérieuse question « économique » opposée à une superficielle question « écologique ». Or c’est l’inverse : la question capitale en termes d’habitabilité – et donc de « santé » à long terme des humains – est bel et bien de savoir combien d’hectares de sol on maintient en capacité d’assurer la subsistance des humains et de ceux dont ils dépendent pour vivre. Le petit salaire distribué pour un temps par un investisseur chinois dans le supermarché géant ne pèse pas du même poids que le maintien des conditions d’engendrement d’un pullulement de vivants en Île-de-France. Sauf qu’il n’y a pas de métrique commune pour mesurer le poids relatif des intérêts de ces deux militants également engagés, l’un dans un conflit de classe, l’autre dans un conflit de classe géosociale.

Or, pour imaginer de construire ces métriques qui permettraient de peser les intérêts contradictoires des différents acteurs et donc de modifier ce qu’on appelle les « rapports de force », il n’y a pas d’autre solution que de passer par une étape de description – ou plus exactement d’auto-description – seule à même de situer les citoyens dans les conditions matérielles de dépendance et de subsistance dont ils dépendent9. C’est ce travail d’auto-description qui leur permet d’atterrir en passant d’une version maintenant abstraite de la classe uniquement sociale – quelle est ma place dans le système de production ? – à la classe géosociale – comment engendrer les conditions d’habitabilité permettant de subsister durablement ? Il ne s’agit évidemment plus de conquête pour mettre la main sur la plus-value, mais de conquête non moins révolutionnaire pour mettre la main sur le surplus de subsistance10 capté jusqu’ici par ceux qui occupent la terre et stérilisent les conditions d’engendrement que les autres s’efforcent de sauver. La marche est si grande entre les deux que seules les ressources des arts vivants permettent aux citoyens de passer des réflexes conditionnés de la politique fantôme – on adresse verticalement à un État qui n’existe pas des plaintes qui viennent de notre propre incapacité à nous relier latéralement les uns aux autres – à la tâche devenue étonnamment difficile de prendre conscience de leurs attachements matériels concrets à long terme. La question de « la conscience de classe » qui a beaucoup occupé les années 1960 redevient d’actualité, mais c’est l’émergence d’une conscience de classe géosociale qui pourrait aujourd’hui servir de boussole.

  • 1. Une première version de cette note a été rédigée à la demande de Maylis Dupont que je remercie.
  • 2. Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (sous la dir. de), Une autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.
  • 3. Rawi Abdelal, Capital Rules: The Construction of Global Finance, Cambridge, Harvard University Press, 2007 ; Adam Tooze, Crashed: How a Decade of Financial Crises Changed the World, New York, Viking, 2018.
  • 4. Tim Lenton, Sébastien Dutreuil et Bruno Latour, “Life on Earth is hard to spot”, The Anthropocene Review(2020) et Bruno Latour & Peter Weibel (sous la dir. de), Critical Zones: The Science and Politics of Landing on Earth, Cambridge (MA), MIT Press, 2020.
  • 5. C’est le point essentiel de John Dewey à qui j’emprunte cette description : John Dewey, Le public et ses problèmes, trad. de l’anglais et préfacé par Joëlle Zask, Gallimard, coll. « Folio », 2010.
  • 6. Bruno Latour, « Les nouveaux cahiers de doléance. À la recherche de l’hétéronomie politique », Esprit, mars 2019.
  • 7. Walter Lippmann, Le public fantôme, trad. par Laurence Décréau, avec une introduction de Bruno Latour, Paris, Demopolis, 2008.
  • 8. Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020, en particulier les chapitres sur Marx et Polanyi.
  • 9. Ce que nous essayons de faire, à très petite échelle, dans le consortium « Où atterrir ? », c’est de mesurer la distance entre ces deux formes de classement et de repérage des intérêts.
  • 10. Nikolaj Schultz, « Geo-Social Classes » in Krogh, Marianne (ed.), Connectedness : An Incomplete Encyclopedia of the Anthropocene, København, Strandberg Publishing, 2020.

 

Bruno Latour, après une agrégation de philosophie, s’est formé à l’anthropologie en Côte d’Ivoire. Il a longtemps enseigné dans des écoles d’ingénieur, le CNAM d’abord, puis l’Ecole des Mines où il avait rejoint le Centre de sociologie de l’innovation en 1982. De 2006 à 2017 il a été professeur à Sciences Po Paris dont il a dirigé la recherche de 2007 à 2012. Il a enseigné dans de nombreuses universités à l’étranger. Il est professeur émérite associé au médialab de Sciences Po. Il continue d’enseigner dans le programme expérimental arts et politiques (SPEAP) de Sciences Po. Depuis janvier 2018 il est également fellow au Zentrum fur Media Kuntz de Karlsruhe où il a fait déjà trois expositions et professeur à temps partiel à la Horschule für Gestaltung (Hfg) aussi à Karlsruhe. Il prépare avec Martin Guinard deux expositions Zones Critiques, l’une à ZKM en mai 2020 et l’autre en Octobre 2020 pour la Biennale de Taipeh. Il a écrit et édité une vingtaine d’ouvrages. Il est membre de plusieurs académies étrangères, a reçu de nombreux doctorats honoris causa et a reçu en 2013 le Prix Holberg pour l’ensemble de son oeuvre. Il est chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’Ordre du mérite. 

« Mes parents se font la guerre », livre audio

 » Un livre qui parle des conflits parentaux qui fabriquent des monstres dans la tête. Pour l’enfant attaché à ses parents, les sentiments destructeurs que se portent ces adultes ne sont pas sans conséquences psychologiques. Souvent, ses difficultés affectives passent inaperçues et ses comportements restent incompris.

Un livre destiné aux enfants qui s’y reconnaîtront, ou reconnaîtront un proche ; aux adultes qui les accompagnent : parents, familles, éducateurs, enseignants, soignants…

Carré de vignes éditions carredevignes@i-ac.fr

Ouvrage indisponible à la vente à distance. Vente uniquement sur place (IAC, formations, évènements…). « 

« Lire, rêver et vivre », entretien avec Boris Cyrulnik

Une interview paru ce mois-ci dans Sciences Humaines.

.

Lire, rêver et vivre,
Entretien avec Boris Cyrulnik

Propos recueillis par Héloïse Lhérété, janvier 2020

La lecture active la rêverie et l’exploration mentale.

Elle aide à se raconter des histoires, processus vital aussi bien pour les individus que pour les sociétés.

 

b_cyrulnik_SH321.jpgÀ quand remontent vos premiers souvenirs de lecture ?

J’ai un souvenir précis. Mes parents avaient disparu pendant la guerre. Ils n’étaient pas morts, ils avaient disparu… J’ai été recueilli à Bordeaux par une famille de Justes, la famille Farges. Un jour, après la Libération, alors que je jouais sous une table, j’ai entendu Mme Farges se fâcher contre sa fille, Margot : « Mais tu ne comprends donc pas que ses parents ne reviendront jamais ? Jamais ! » J’avais 7 ans. J’ai compris que mes parents étaient morts. Morts-disparus ; je n’aurai jamais de certificat de décès. Cela va peut-être vous paraître étrange, mais ma première réaction a été de me dire : « Il faut que j’apprenne à lire car on doit parler d’eux dans un journal ; ainsi je saurai qui ils sont. »

Derrière ce désir, il y avait aussi la volonté de comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête des autres. J’ai eu très tôt l’intuition que seuls les livres permettaient ça : visiter d’autres mondes mentaux. Je voulais aussi pouvoir écrire l’histoire de mes parents, pour donner un peu de dignité à leur disparition, comme George Perec. En même temps, j’espérais devenir médecin, car on m’avait dit que c’était le rêve de ma mère. Voici donc le point de départ fantasmatique de ma trajectoire de vie. Je me disais que rien ne pouvait rendre plus heureux que d’être médecin et écrivain.

Dans votre dernier livre, La nuit, j’écrirai des soleils, vous écrivez que les livres vous ont « sauvé ». De quelle manière ?

J’ai vécu un risque mortel pendant la guerre, mais j’ai reçu de l’affection. Les Justes qui m’ont recueilli me sécurisaient. À la Libération en revanche, j’ai connu un désert affectif. Je suis passé d’institution en institution. Beaucoup étaient maltraitantes, avec des moniteurs hostiles et brutaux. La seule beauté à laquelle j’avais accès était dans la rêverie. Les livres avaient ce mérite immense de m’offrir des prétextes à rêverie, ils m’aidaient à me fabriquer des histoires. Je ne lisais pas comme aujourd’hui, pour trouver des idées ou passer du bon temps. C’était tout autre chose. La rêverie permet de se façonner un univers qui nous convient. J’ai retrouvé ça chez les enfants qui ont grandi dans les orphelinats roumains. Ils se créaient des univers de beauté avec des papiers de bonbons et des ficelles dorées, dont ils imaginaient qu’une maman les avait donnés à son enfant. Ils en tiraient des rêveries merveilleuses, souvent avec des animaux. Ces jeux leur permettaient de déclencher une sensation affective. Je me souviens pour ma part d’une rêverie où je trouvais un tronc d’arbre creux ; je descendais sous la terre ; j’y trouvais de la lumière et des animaux auprès desquels je trouvais un refuge face à la brutalité du monde. Je vivais dans un monde clivé. D’un côté, il y a le réel sordide, méchant, mortifère, hostile, méprisant. De l’autre, il existait un monde de beauté, de chaleur, d’affectivité, intensément ressenti. Le fait de lire et de rêver m’ouvrait la porte de cet univers-là.

Dès que vous savez lire, écrivez-vous, vous devenez lecteur, vous n’êtes plus le même, vous venez de changer votre manière d’être humain. Qu’est-ce qui change à ce moment-là ?

C’est une idée que j’emprunte à l’éthologue Vinciane Despret. Avant d’avoir accès à l’écrit, le jeune enfant évolue dans une première planète. Il suffit qu’il soit entouré d’humains pour apprendre à parler. La planète des mots parlés est une planète interactive : elle passe par une imprégnation qui commence dès le stade fœtal. Lorsqu’une femme enceinte parle, les basses fréquences de sa voix font vibrer la bouche et la main du fœtus. À la naissance, le petit humain a donc déjà un nœud de familiarité avec ce géant sensoriel qu’il appellera « maman ». La planète des mots lus ou écrits est très différente. L’enfant n’y accède que par un effort intellectuel. Il doit aller chercher la signification de ces graphèmes, de ces bâtons, de ces BA-BA, s’entraîner pour les décoder et les écrire. Alors que le langage parlé s’acquiert dans la continuité, il existe un Rubicon du langage écrit. Ce ne sont d’ailleurs pas les mêmes zones du cerveau qui sont façonnées lorsqu’on apprend à parler et à lire. Le développement du langage oral sculpte une partie antérieure du lobe temporal gauche, alors que l’apprentissage de l’écrit modèle la partie postérieure du lobe temporal gauche. On change donc neurologiquement !

Superhéros ou princesses, les enfants se passionnent souvent pour des héros stéréotypés. Pourquoi ?

Le besoin de héros est une preuve de vulnérabilité. Si l’on a confiance en soi, on n’a pas besoin de héros, on a juste besoin de jouer avec quelqu’un que l’on estime. Une petite fille qui joue à être une princesse cherche une image compensatoire. Elle ne se sent pas princesse, et s’en inquiète. Quand un garçon se rêve en Superman, c’est le signe qu’il se sent petit : il a besoin de rêver qu’un jour il sera grand et fort. On retrouve ce mécanisme chez les adultes. Ce ne sont pas les riches qui se passionnent pour les familles royales, mais les gens du peuple. Et j’ai souvent croisé des gens très pauvres qui dépensaient un fric fou dans les jeux d’argent : ils se donnaient le rêve, à travers ces dépenses, de gagner un jour cet argent dont ils avaient besoin. Il s’agit d’un mécanisme compensatoire, respectable, mais qui témoigne d’un sentiment de malaise. Il s’observe aussi à l’échelle collective. En période de guerre, la littérature grouille de généraux courageux, de beaux soldats qui se sacrifient, des pioupious, des bidasses, avec parfois l’humour pétomane qui va avec ; alors qu’en temps de paix, ces personnages nous ennuient, et cet humour nous échappe. Nous n’en avons plus besoin.

Se projette-t-on de la même manière dans la fiction selon qu’on lit un livre ou qu’on regarde un film ou un dessin animé ?

Non, car on ne pense pas de la même manière. Quand je lis ou écris, j’utilise des abstractions : des bâtons et des ronds, des lettres. Ce sont ces signes abstraits qui déclenchent une émotion, un intérêt, une réflexion… Lorsque je vois passer une princesse dans son carrosse à la télévision, ma réaction est suscitée par une image. L’émotion peut être délicieuse dans les deux cas, mais l’outil déclencheur est différent : l’arbitraire du signe d’un côté, l’image de l’autre. L’écrit favorise une pensée abstraite, tandis que l’image enclenche une pensée analogique. La pensée par image est plus archaïque ; c’est celle qui domine chez le paysan, qui est le premier à voir que la terre manque d’eau, ou chez le maquignon, seul à voir que le cheval boîte… Je fais cette distinction sans aucune condescendance. Mais à l’heure où l’image se développe à une vitesse folle, il faut avoir conscience qu’il y a là deux manières de savoir, de comprendre le monde, peut-être même deux styles existentiels. Le langage écrit ouvre davantage sur l’exploration, le rêve et l’utopie.

Certains philosophes affirment que la lecture, en nous proposant toute une palette de caractères humains, exercerait notre capacité d’empathie. Qu’en pensez-vous ?

Les livres sont des porte-parole. Ils permettent de pénétrer d’autres mondes mentaux et servent donc une pédagogie de l’empathie. Prenons l’exemple d’un parent blessé, marqué par un traumatisme, dont le flot d’émotions entrave la capacité à se raconter. On peut dire à son enfant : « Lis ce livre, tu comprendras ce que ton père n’ose pas te dire. »Cependant, l’empathie a aussi des versants pathologiques, elle ne rend pas nécessairement plus humaniste. Quand j’étais petit, j’étais enchanté par le Journal des voyages, qui glorifiait la colonisation. Cette lecture me mettait des paillettes dans la tête. Je m’enthousiasmais devant les exploits de glorieux explorateurs. Mon empathie n’allait pas jusqu’à m’éclairer sur le fait que nous massacrions d’autres civilisations en imposant la nôtre. Nous savons aujourd’hui que l’empathie est un processus de développement continu, qui peut s’arrêter en cours de route. En vieillissant, j’ai fini par me demander s’il était légitime d’imposer notre conception de la vie en société, en méprisant les mœurs des autres et en pillant leurs biens.

Le Journal des voyages est le type même de lecture qui suscite une empathie partielle : il ne s’y communique qu’une vision du monde, souvent édulcorée. Les auteurs, s’adressant à l’ami idéal, cherchent à créer une collectivité de gens qui penseront tous comme eux. On retrouve ce type de récits héroïques, favorisant l’identification et l’admiration, dans les régimes totalitaires.

La bibliothérapie a tendance à se développer. Que pensez-vous cet usage de la littérature comme soin psychique  ?

Les livres peuvent avoir une fonction thérapeuthique, notamment auprès d’enfants retardés mentaux. Mais ils n’agissent pas seuls ; il faut qu’un adulte accompagne l’enfant, qu’il lui demande par exemple : “Veux-tu lire cette bande desinée, cette histoire… ? Nous allons en parler ensemble…”. On ne peut parler de bibliothérapie que si le livre sert de prétexte à la relation et la favorise. Il arrive à l’inverse que certains, enfants ou adultes, se réfugient dans les livres pour éviter la relation avec les autres. Ce fut le cas de Jean Genet, l’exemple même du garçon haineux et craintif, qui se cachait derrière les livres pendant les récréations pour éviter les autres. Il aimait mépriser les autres, et d’une certaine façon, la lecture lui en offrait l’occasion. Dans ce cas, bien sûr, on ne peut parler de soin ou de bibliothérapie. La lecture, au contraire, entrave un apprentissage fondamental pour tout jeune : apprendre à vivre avec les autres.

Vous avez beaucoup travaillé sur la notion de résilience. Le livre en est-il un instrument possible ?

Clairement, oui. Un livre saura dire avec élégance, de manière convaincante, ce que je ne sais ou n’ose pas dire. Il est un représentant de soi, un délégué narcissique. Il est mon soutien, mais représente aussi un lien avec autrui. Quand j’étais enfant, je pensais qu’être juif, c’était être condamné à mort. Ce n’était pas une idée absurde : autour de moi, tout le monde avait disparu et j’avais bien compris qu’on voulait me tuer. J’entendais dire qu’il relevait de l’hygiène raciale d’éliminer la « vermine » juive qui semait la peste dans le monde entier. Que si on arrivait à éradiquer les Juifs, le monde connaîtrait mille ans de bonheur. C’était le seul discours que je connaissais ; il me semblait donc légitime. Quand sont parus Le Dernier des Justes (1959) d’André Schwarz-Bart, Les Guichets du Louvre(1960) de Roger Boussinot ou Un sac de billes (1973) de Joseph Joffo, j’ai ressenti un réconfort énorme. Grâce à ces livres, les Juifs devenaient des gens émouvants, affectifs, rigolos ou pas. Ils étaient des familles, composaient un monde humain que j’ignorais jusque-là. Ces livres m’ont donc véritablement fait du bien. J’étais très sensible à la formulation. Ce qui soigne, ce n’est pas de lire ou dire des mots, c’est l’élaboration d’une forme verbale, l’artisanat de l’écriture, l’agencement des prosodies. Quand la parole est élaborée, elle donne une autre forme à l’expérience vécue.

L’écriture remplit-elle la même fonction ?

Oui. D’ailleurs, je lisais aussi pour apprendre à mieux écrire. Je voulais m’exprimer de manière précise, sans bafouiller. Qu’il s’agisse de fiction ou d’essai, de lecture ou d’écriture, le monde sur le papier est un univers d’inventions, une création verbale. Nos blessures s’y métamorphosent grâce au travail des mots et l’intention de faire une phrase à partager. C’est ça qui fait du bien. Face à un beau texte, j’éprouve un plaisir physique. Je me dis : « Qu’est-ce que c’est bien dit ! Que j’aime ce monde de beauté, de courage, de précision, de générosité ! Ce monde inventé sur le papier, c’est ça le vrai monde, c’est celui-là qui vaut la peine d’être vécu. » Au sens propre : ça vaut la « peine » de lire ou d’écrire, parce qu’ensuite on se sent bien.

Nous avons tous en nous une bibliothèque intérieure, avec quelques trésors qui, plus que les autres, nous parlent et parlent de nous. Quels sont les livres qui ont compté dans votre vie ?

Il y a eu Un sac de billes qui m’a soigné de mon malheur d’être né juif. Oliver Twist (1837), orphelin comme moi, grand résilient. Sans famille (1878) a été très important. Rémi était à la fois mon porte-parole et mon porte-rêves. Malgré l’abandon, la solitude et la série de catastrophes qu’il connaissait, il trouvait toujours un moyen de transformer son malheur en poésie, en inventant des pièces de théâtre avec des chiens, des chats et des singes… Je lisais ses aventures avec éblouissement. Il y a aussi eu Jules Vallès – L’Enfant (1879) et L’Insurgé (1886) – qui me disait qu’il fallait s’engager socialement pour participer à l’aventure humaine. J’ai eu une période où j’aimais beaucoup Maupassant : il racontait bien le monde glauque dans lequel je vivais, tout en montrant qu’il était possible de le faire évoluer. Il y avait dans ses nouvelles une dimension quasi médicale à laquelle j’étais déjà sensible. Maupassant, poursuivant une sémiologie sociale, me disait qu’en observant les symptômes, on pouvait s’attaquer à les faire disparaître. Il y en aurait encore beaucoup à citer, qui tiennent chacun leur rôle dans mon monde mental. Mais ceux-là, à coup sûr, trônent en bonne place dans ma bibliothèque intérieure.

 

Boris Cyrulnik : Neuropsychiatre et directeur d’enseignement du diplôme universitaire « Clinique de l’attachement et des systèmes familiaux », il est connu pour avoir vulgarisé la notion de « résilience ». Dernier ouvrage publié : La nuit, j’écrirai des soleils (Odile Jacob, 2019).

« Le développement (im)personnel, Le succès d’une imposture » par Julia de Funès, sept. 2019

Un doux et bon moment de saveur, qui démarre par cette introduction :

« Du déodorant dont la publicité garantit une fraîcheur sans nuage à l’ambiance familiale et champêtre d’une lessive, en passant par la voiture véhiculant une osmose sans cri ni vomi, les écrans affichent un bonheur perpétuel, une euphorie conformiste. Les psychologies positives n’en finissent pas de vanter avec une sympathie solaire, mêlée d’une sottise satisfaite, l’empire de la sérénité, noyant tous les poissons de la négativité et des passions tristes. Les réseaux sociaux débitent des packs de niaiseries confucéennes en série, dans une phraséologie infantile truffée de clichés démagogiques. Les entreprises se lancent dans des marathonades de bien-être, plus stéréotypées les unes que les autres. Il n’y a plus de « malaise dans la civilisation », l’épanouissement personnel est devenu le nouvel « opium du peuple ». L’homme n’est plus « un loup pour l’homme », mais un chaton. Le développement personnel et sa horde de desservants épanouis ont évincé Hegel et Freud. Nous devons nager dans une harmonie radieuse. La béatitude est sur pilotage automatique. Nous voilà propulsés dans la « pensée positive », qui positive plus qu’elle ne pense. C’est le non-esprit du temps. (…) »

1581042634_9791032906095_v100-1.jpg
Le développement (im)personnel
Le succès d’une imposture
Julia de Funès
Collection: 
Date de parution:
18/09/2019

 

 

 

 

 

 

 

 

Profession philosophe : Isabelle Stengers, de la science à la sorcellerie

Les Chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth du lundi au vendredi de 10h00 à 10h55 sur France Culture. Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.

Profession philosophe (53/74)

Isabelle Stengers, de la science à la sorcellerie

 

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l’atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

L’invité du jour :

Isabelle Stengers, docteure en philosophie, enseigne à l’Université libre de Bruxelles. indexElle s’est formée avec le prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, avec qui elle écrivit son premier livre en 1979, remettant en cause l’autorité de la science. Elle s’attache aujourd’hui à explorer de nouveaux modes de production de savoir, de l’hypnose à la sorcellerie.

À la recherche de la transversalité

À partir de mon intérêt pour la science et avant tout pour la physique, je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas d’économie pour comprendre à la fois ce qu’était la physique, ce qu’elle n’était pas, et ce qu’elle ne devait pas essayer d’être. J’ai essayé d’élargir à la question de la production des savoirs, sachant que contrairement à la science moderne, les savoirs sont une catégorie transversale…
Isabelle Stengers

De la chimie à la philosophie

J’ai commencé à étudier la chimie parce que fille d’historiens je voulais aller quelque part où je n’étais pas déjà chez moi. Je voulais rencontrer l’étranger… sauf qu’il m’a intéressée mais ne m’a pas nourrie. J’ai switché vers la philosophie que j’ai d’abord associée à une liberté de poser les questions qu’on sent devoir et pouvoir poser.
Isabelle Stengers

Non pas « la » science, « les » sciences !

Dès qu’on dit « la » science, on fabrique une identité qui recouvre des sciences multiples. Je tends à travailler pour qu’elles prennent leur singularité. L’anthropologie est très différente de la physique, par exemple, il faut parler « des » pratiques scientifiques, leur rapport à la raison sont multiples.
Isabelle Stengers

L’hypnose

Léon Chertok m’a posé cette question : comment se fait-il que l’hypnose ait parfois été reconnue comme la pratique qui allait faire de la psychologie une vraie science, et puis est retombée dans l’enfer des illusions ?
Je me suis rendue compte qu’entre l’hypnose et le titre de science il y avait toute une histoire qui montrait les mauvais tours que joue à une science comme la psychologie le modèle de l’explication scientifique qui a fait succès en physique. Je me suis intéressée à l’histoire de l’hypnose avec Léon Chertok en cherchant en quoi elle ne pouvait que décevoir ceux qui voulaient la science en ce sens-là.
Isabelle Stengers

Sons diffusés :

  • Témoignages de Bruno Latour et Vinciane Despret, archives des Chemins de la philosophie (13/09/2019 et 12/12/2019), France Culture
  • Archive de Ilya Prigogine dans l’émission Les Après-midi de France Culture, 23/01/1978
  • Archive de Foucault dans Les Mardis de la Fondation, 17/03/1987
  • Archive de Léon Chertok dans l’émission Perspectives scientifiques, France Culture, 6/05/1986
  • Extrait du film Le Livre de la jungle, Walt Disney, 1967
  • Chanson de Anne Sylvestre, Une sorcière comme les autres

Revue « Ecole des Parents » n° 634, janvier 2020

La revue « L’école des parents » numéro 634 réfléchit sur « L’hyperparentalité : du risque d’en faire trop« .

En collaboration avec (entre autres) Geneviève AVENARD, Daniel COUM et Serge TISSERON.

Pour le commander : FNEPE .

Sommaire

Actualité

Entretien avec… Geneviève Avenard, Défenseure des enfants
La voix des plus vulnérables

Trente ans après la promulgation de la convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), le défenseur des droits s’est penché, dans son rapport annuel1, sur la violence au sein des institutions publiques. Rencontre avec Geneviève Avenard, défenseure des enfants.

Tendances de la recherche
Fortnite Battle Royale Une épidémie mondiale

Depuis son lancement, en 2017, le succès de ce jeu en ligne ne faiblit pas. Les enfants s’y adonnent sans modération face à des parents inquiets de les voir glisser dans l’addiction.

Cinéma
Proxima, d’Alice Winocour  Apprendre à se quitter
Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste

L’École, côté parents
La psychologie n’est pas un jeu d’enfant, Philippe Meirieu, professeur en sciences  de l’éducation

Zoom

Julia Mourri et Clément Boxebeld, Les vieux sont merveilleux

Julia Mourri et Clément Boxebeld tournent des vidéos qui donnent la parole à des personnes âgées partout dans le monde et valorisent des initiatives rapprochant les générations. Sur leur page facebook intitulée Oldyssey, chacune est vue en moyenne 50 000 fois.

Analyse
Activités extrascolaires, Reconnaître les compétences des jeunes

À Issy-les-Moulineaux, un recueil d’évaluation des pratiques sociales, culturelles et sportives des collégiens, le Lexim, est intégré depuis 2010 à leur livret scolaire. Les acteurs de cette initiative ont bénéficié d’une recherche-formation-action en 2018-2019.

Colloque
Protection maternelle et infantile, Dialogue des disciplines autour du jeune enfant

Le 45e colloque du syndicat national des médecins de PMI (SNMPMI), intitulé « Parentalité, développement, apprentissages », s’est tenu à Paris les 29 et 30 novembre. Il s’est positionné au croisement de plusieurs disciplines qui cherchent non à s’éviter ou à s’opposer, mais à mutualiser leurs points de vue dans toute leur complexité. Compte rendu de la première journée.

31

Dossier

Enquête

Éducation Le mieux est souvent l’ennemi du bien

Hélicoptères, drones, curling… Les métaphores pour désigner ces parents surinvestis dans l’éducation
de leurs enfants ne manquent pas. Bien que nourrie par le sincère désir de bien faire, cette parentalité hypertrophiée crée des effets délétères. Pour ceux qui l’exercent et pour ceux qui la subissent.

Enquête
Éducation positive. Une injonction contemporaine ? Béatrice Kammerer, spécialiste en sciences de l’éducation

Écouter les besoins de son enfant et l’éduquer à la frustration, garantir sa sécurité et l’encourager à aller vers la nouveauté, accompagner ses apprentissages sans lui mettre la pression…La société ne pousserait-elle pas les parents à s’épuiser dans la quête d’une perfection illusoire ?

Regards croisés Scolarité. Ces parents obnubilés par la réussite, Agnès van Zanten, sociologue de l’éducation
Nicole Catheline, pédopsychiatre

Toujours plus nombreux à être angoissés par les études de leurs enfants, ils contrôlent les devoirs, épluchent
le classement des écoles, vivent chaque mauvaise note comme un drame… Comment expliquer un tel phénomène ? Quelles en sont les conséquences ?

Enquête
Nouvelles technologies. Ados sous haute surveillance

Pouvoir appeler son fils dès qu’il s’éloigne pour savoir s’il va bien, utiliser un traceur GPS pour localiser sa fille… Le Smartphone est l’auxiliaire de l’hyperparent par excellence, mais certaines de ses fonctions risquent
de freiner le processus d’autonomisation de l’enfant.

Regards croisés
Nourrissons. Jusqu’où les stimuler ? Bernard Golse, pédopsychiatre et psychanalyste, Grégoire Borst, professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives

Bébés nageurs, baby-gym, ateliers « parler bambin » ou « signe avec bébé », éveil musical pour tout-petits… Les propositions pour accélérer le développement des bébés séduisent bon nombre de parents. Cela rend-il les enfants plus habiles, plus intelligents ? Pas certain…

Analyse
Scolarisation. Un choix différent pour son enfant, Pauline Proboeuf, doctorante en sociologie

En France, certains parents décident de ne pas envoyer leurs enfants à l’école, d’autres les inscrivent dans un établissement dit « alternatif ». L’étude de leurs valeurs et croyances permet d’éclairer cette remise en cause du partenariat parents-école.

Approches transculturelles
Parents immigrés. La peur de la délinquance, Jacques Barou, sociologue, anthropologue et docteur en ethnologie

Beaucoup de primo-arrivants vivent dans la hantise que leurs enfants « tournent mal » et se montrent très exigeants avec eux. Au risque d’être mal compris.

Interview
Ressources. Essayer la lenteur, Carl Honoré, pionnier du mouvement slow

Comment aider les hyperparents à briser le cercle infernal de la surenchère éducative sans les culpabiliser ? Quels soutiens peuvent-ils attendre de la famille, de l’école, de l’entourage ? Carl Honoré, chantre du mouvement « slow », livre quelques clés pour restaurer l’harmonie familiale.

Enquête
Burn-out parental. Et après ?

Certains parents paient leur investissement éducatif par un épuisement extrême. Comment les aider à construire un autre rapport à eux-mêmes, à leurs enfants et aux exigences éducatives pour faire de cette crise douloureuse une période féconde ?

61

Terrain

Fnepe
Formation professionnelle : la nouvelle donne

Dans le cadre de ses « journées réseaux » des 28 et 29 novembre, la Fnepe s’est penchée sur un sujet qui concerne la majorité des EPE : la réforme de la formation professionnelle du 5 septembre 2018. Elle avait pour cela invité le consultant et formateur Jacques Abécassis à dresser un panorama du système de certification unique dit Qualiopi qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021.

EPE de l’Hérault
Vive les parents imparfaits !

La 7e journée départementale Parentalité de l’Hérault s’est tenue à Saint-Jean-de-Védas, dans le magnifique domaine du Terral. Organisée par Parentalité 34 – un réseau d’acteurs du soutien à la parentalité piloté par l’EPE de l’Hérault – et la CAF 34, elle a réuni plus de 400 personnes (professionnels, parents, élus) autour du thème « Vive les parents imparfaits ! »

EPE de la Manche
Une conférence pas comme les autres

L’EPE 50 organise régulièrement des conférences en rapport avec la parentalité. Au mois de novembre 2019, elle a invité Laurent
Blin-Sourdon, conférencier « gesticulant » et jeune papa, à partager son expérience et son analyse des privilèges dont bénéficient les hommes dans notre société. La présidente de l’EPE a voulu savoir ce qui l’avait poussé sur les planches.

Initiative collège
Collège Marie-Curie, Pignan (34) Une classe pour améliorer sa mémoire

Au collège Marie-Curie, à Pignan, les enseignants ont décidé de mettre les découvertes des chercheurs en neurosciences au service de leurs élèves. Pour cela, ils utilisent le dispositif Cogni’classe et ses ressources. Exemple avec les sixièmes.

Vie associative
Violences conjugales, L’Apiaf aux côtés des femmes

Depuis 1981, cette structure propose un accueil, une écoute, un soutien psychologique, un hébergement et des actions collectives aux femmes victimes de violences conjugales. Reportage au coeur de l’association toulousaine.

75

Pratique

Santé – Antalgiques. Ils ne sont pas anodins !

Parce qu’ils sont en vente libre, le paracétamol et l’ibuprofène occupent une place de choix dans nos armoires à pharmacie. Et nous avons tendance à y recourir au moindre bobo, sans forcément prendre toutes les précautions nécessaires.

Droit des personnes
Autorité parentale; Éduquer sans gifler

L’entrée en vigueur cet été de la loi dite « anti-fessée » a fait de la France le 56e pays à rejeter explicitement les violences éducatives ordinaires, bien longtemps après la suède, qui a ouvert la voie en 1979, et ses voisins scandinaves. Mais la portée du texte français est surtout symbolique.

Outils
Émoticartes; Une émotion peut en cacher une autre

Identifier nos sensations désagréables et les dépasser, voilà ce que nous enseignent les vingt trombines de ce drôle de jeu. Le succès des cartes originelles, destinées aux enfants, a entraîné la création d’une version « parents » qui a déjà ses adeptes. Lucas, lui, a testé la première mouture.

Livres adultes – Livres enfant

vient de paraître « Faire couple, une entreprise incertaine », G.Neyrand et al.

Résumé

Rendus fragiles par les contradictions de l’hypermodernité, les couples trouvent des solutions pour perdurer en se renouvelant, tant au niveau des pratiques sociales que des positionnements psychiques.

« Le couple nous fascine, et quelque part nous épouvante, car il pose les questions existentielles des normes et des valeurs sociales d’un côté, des investissements psychiques et des sentiments de l’autre. À l’époque de la renégociation du contrat de genre dans les sociétés démocratiques et néolibérales, du speed dating, du démariage et 2020011617029782749265896.jpgde l’obsolescence programmée, on assiste à un renouvellement en profondeur des formes sociales de la vie commune et des positionnements subjectifs que nécessite l’existence même du couple.

Les solutions, désormais, sont individuelles et ce livre permet de mieux comprendre la complexité des questions que le couple suscite aujourd’hui. Les auteurs en analysent les multiples facettes – des circonstances de leur naissance aux difficultés de leur maintien – ainsi que la diversité des pratiques conjugales : place des nouvelles technologies dans la formation des couples, de l’infidélité, diverses conceptions de l’amour chez les jeunes, augmentation des couples mixtes ou des unions homosexuelles. »

 

Avec la participation de Beate COLLET, Daniel COUM, Marie-Carmen GARCIA, Emmanuel GRATTON, Abdelhafid HAMMOUCHE, Diane KHOURY, Pascal LARDELLIER,Emmanuelle SANTELLI, Isabelle TAMIAN

 

84240920_2712000938848156_8509027832028987392_n

 

 

vient de paraître : « Psychopathology and Atmospheres: Book Discussion in Turin »

« Feeling sad during a funeral and being relaxed while having dinner with friends are atmospheric feelings. However, the notion of “atmosphere”, meaning not only a subjective mood, but a sensorial and affective quality that is widespread in space and determines the way one experiences it, has intensified only recently in scientific debate. schermata-2020-01-14-alle-08.20.42.pngThe discussion today covers a wide range of theoretical and applied issues, involving all disciplines, paying attention more to qualitative aspects of reality than to objective ones. These disciplines include the psy- approaches, whose focus on an affective experience that is emerging neither inside nor outside the person can contribute to the development of a new paradigm in psychopathology and in clinical work: a field-based clinical practice. This collection of essays is the first book specifically addressing the link between atmospheres and psychopathology. It challenges a reductionist and largely unsatisfactory approach based on a technical, pharmaceutical, symptomatic, individualistic perspective, and thus promotes the exchange of ideas between psy- disciplines, humanistic approaches and new trends in sciences. »

Biography

Gianni Francesetti, MD, is a psychiatrist, Gestalt therapist, and Adjunct Professor of Phenomenological and Existential Approaches to Clinical Practice in the Department of Psychology at the University of Torino, Italy. He is also Co-Director of the International Institute for Gestalt Therapy and Psychopathology-IPsiG, and was formerly President of the European Association for Gestalt Therapy (EAGT) and the Association of the Italian Federation of Psychotherapy (FIAP).

Tonino Griffero is Full Professor of Aesthetics at the University of Rome “Tor Vergata”, Italy, Director of Sensibilia and editor of the book series Atmospheric Spaces: Aura, Stimmung, Ambiance and the e-journal, Lebenswelt: Aesthetics and Philosophy of Experience. His most recent publications are Atmospheres: Aesthetics of Emotional Spaces (2014), Il pensiero dei sensi. Atmosfere ed estetica patica (2016), and Quasi-Things. The Paradigm of Atmospheres (2017).

Editeur : cambridge scholars

 

vient de (re)paraître : « La parole manipulée » par Philippe Breton

 » Les manipulations de la parole sont devenues courantes dans les sociétés modernes. La démocratie, qui a placé la parole au centre de la vie publique, paraît menacée par la prolifération des techniques qui visent à nous contraindre, sans que nous nous en rendions compte, à adopter tel 9782348057489.jpgcomportement ou telle opinion. La sensation diffuse de vivre dans un « univers menteur » n’est-elle pas à l’origine de formes nouvelles d’individualisme et de repli sur soi ? Toutes les méthodes de communication et de débat sont-elles bonnes dans un espace public qui se prétend démocratique ?
Dans ce livre passionnant, Philippe Breton s’efforce de répondre à ces questions en décrivant les différentes techniques de manipulation qui saturent notre environnement, à partir de nombreux exemples pris dans les domaines de la politique, de la publicité, de la psychothérapie et de la communication. Proposant une analyse des faiblesses des sociétés modernes, il ouvre aussi quelques pistes pour redonner à la parole le rôle d’outil vivant de la démocratie. Il introduit notamment le concept original de liberté de réception, sans laquelle la liberté d’expression reste surtout la liberté des puissants.
La Parole manipulée a été couronné en 1998 par le Prix de philosophie morale de l’Académie des sciences morales et politiques. »

Philippe Breton, lauréat de l’Institut et docteur d’État en sciences de l’information et de la communication, est professeur des universités. Il enseigne au Centre universitaire d’enseignement du journalisme à l’Université de Strasbourg. Il dirige l’Observatoire de la vie politique en Alsace. Connu comme l’un des meilleurs spécialistes de la parole et de la communication, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels, à La Découverte, L’Éloge de la parole (2003, 2007) Les Refusants. Comment refuse-t-on de devenir exécuteur ? (2009) ou encore La parole manipulée (1997, 2020).

Collection : La Découverte Poche / Essais n°88
Parution : janvier 2020
ISBN : 9782348057489
Nb de pages : 198
Lire quelques extraits :
%d blogueurs aiment cette page :