7ème colloque sur les âges de la vie, 6 & 7 octobre @ Paris

 

 » Ce colloque propose de mettre en perspective ces deux grandes causes de santé publique que sont la maladie d’Alzheimer dans tous les aspects qu’elle revêt et l’autisme sous les différentes formes de son expression.

Deux univers que tout oppose apparemment, et pourtant, en dépassant ces différences, et bien que cela n’ait jamais été vraiment exploré, pouvons-nous établir des liens entre ces deux pathologies, tant au niveau neurologique que psychologique, comportemental, relationnel et émotionnel ? L’intérêt, en croisant nos regards, est d’améliorer la prise en charge autant de l’une que de l’autre et de faire avancer la clinique et la recherche. (…)  »

 

Réédition : « Attaques de panique et postmodernité » par G.Francesetti & al.

Pourquoi les attaques de panique sont-elles aussi répandues aujourd’hui ? Quel rapport peut exister entre l’acuité de ce symptôme et la société contemporaine ? Quelles nouveautés propose la psychothérapie de la Gestalt pour l’affronter et le résoudre ?

Ce livre veut fournir une réponse à cette question, considérant l’attaque de panique comme une expression de l’histoire personnelle, autant que comme un phénomène qui émerge d’une période caractérisée par l’incertitude, la fragmentation et la complexité : le symptôme d’un malaise social diffus et indéfini, l’expression de la fragilité et des problèmes qui caractérisent le contexte postmoderne. Le discours clinique et le regard social sont imbriqués dans le texte, perspective nécessaire aujourd’hui pour qui veut comprendre et soigner cette perturbation psychique. Dans cette perspective, la panique se révèle une perturbation aiguë et parfois insoutenable, mais aussi l’occasion pour la personne d’ouvrir de nouveaux chemins de vie, le début d’un parcours qui mène à l’autre et ouvre à plus de solutions créatives.

Cette réflexion théorique et clinique, mûrie au sein de L’École de Spécialisation en Psychothérapie de la Gestalt, offre, au travers de la contribution de divers auteurs de l’Istituto di Gestalt – H.C.C. une lecture originale du contexte culturel et clinique duquel émerge cette perturbation et propose une perspective inédite en matière de théorie comme d’intervention thérapeutique.

 

A commander aux éditions l’exprimerie

Vient de paraître : « L’absence est le pont entre nous » par Gianni Francesetti

Je suis reconnaissante pour ce que j’ai appris en lisant le livre. Chaque auteur démontre que les expériences dépressives sont des phénomènes de champ émergeant d’un contexte qui les supporte et qu’elles affectent notre environnement. Les événements ne sont pas isolés, ils sont d‘un champ. Ils émergent de contextes qui soutiennent les expériences dépressives. Les conditions d’appauvrissement du champ « parlent » à travers la personne qui présente une dépression.

La perspective présentée par le livre m’a fourni une appréciation plus nuancée des nombreuses expériences de dépression que mes patients et moi avons traversées ensemble. La signification fondamentale et même existentielle est plus claire pour moi désormais. Notre persévérance et notre courage émotionnel ont reçu un éclairage plus profond qui inspire mon travail actuel. La combinaison d’une vision théorique à l’inspiration théorique est époustouflante.

(Extrait de la préface de Lynne Jacobs)

Gianni Francesetti (Ed.) est psychiatre et gestalt-thérapeute, co-fondateur et formateur à International Institute for Gestalt Therapy and Psychopathology, Italie. Ex président de l’European Association for Gestalt Therapy et de la Société Italienne de Psychothérapie Gestalt. Auteur d’articles, chapitres et livres de psychiatrie et de psychothérapie. Il vit et exerce à Turin.

A commander aux éditions l’exprimerie

EPG Infos Septembre 2017

 » La culture des surdoués ? « 

 » Le nombre de demandes de consultations pour le motif «est-il surdoué ?» ne fait qu’augmenter. Les praticiens confrontés aux pièges de cette question ont parfois du mal à garder leur regard clinique devant cette interrogation qui vient implicitement valider l’existence de cette prétendue nouvelle nosographie. Mais que cache donc l’inflation actuelle du signifiant surdoué ? D’où vient donc cet attachement récurrent et obstiné à la valeur de l’intelligence ? Est-ce une fois de plus un moyen d’éluder la question du désir et des théories sexuelles infantiles ? Que vient masquer la reprise dans la dynamique familiale de ce signifiant érigé dans le social ? Ne peut-on craindre que ces enfants, à faire ces économies, n’en paient ultérieurement et diversement le prix, selon ce qu’il leur est demandé de soutenir ou de mimer comme objet au regard de l’idéal ?

Cet ouvrage se propose de soutenir une démarche clinique et thérapeutique face à ce signifiant «surdoué» qui a l’art d’arrêter la pensée et de provoquer en chacun le sentiment d’être éjecté de sa place symbolique (parents, enseignants, professionnels et bien sûr l’enfant en premier lieu).

Se peut-il que ce ne soit pas le signifiant «surdoué» lui-même qui provoque ces embarras, mais la manière dont actuellement il est articulé et manipulé par le social ? (…)  »

sous la direction de Marika Bergès-Bounes et Sandrine Calmettes-Jean (octobre 2006), aux éditions érès.

 » Morlaix. À l’hôpital, de l’hypnose pour mieux vivre les soins  » – 4 août 2017

Ouest France du  04/08/2017

« Holacratie: pourquoi Zappos l’abandonne ? » – 5 Juin 2017

Quand un système proposant de soutenir l’autonomie créée d’autres formes normalisantes. CQFD.

 » (…) Comme expliqué (…), l’holacratie a pour but de supprimer la hiérarchie dans une entreprise parce que cette dernière empêcherait d’être actif et démotiverait les employés. Or, Nicolas Lochet explique que ce « système mis en place pour remplacer la hiérarchie codifie tellement la façon dont les choses doivent être faites dans l’entreprise qu’il en devient le chef« .

Il s’agit en quelque sorte d’un cercle vicieux puisqu’en croyant sortir d’une organisation bureaucratique traditionnelle et stricte, les individus se retrouvent dans un modèle de direction en apparence plus flexible, mais ont l’impression que leurs décisions et comportements sont dictés par un système. (…)

De plus, selon Xavier Camby, (…) « Elle ne revalorise pas la personne humaine ni sa créativité, interdisant toute émotion dans nos interactions ou dans nos décisions.« (…)  »

Vient de paraître : Les Cahiers n°38 « Histoire(s) – hériter, corporer, transmettre… « 

Sommaire

Jean-Marie Terpereau : Éditorial
Joseph Caccamo : Mémoire et tradition Les précurseurs
Jean-Marie Robine : En marge de la grande ‘Histoire’ ou le Cabinet des curiosités Les promoteurs
Jacques Blaize : Entretien
Jean-Marie Delacroix : Mon histoire avec la Gestalt / Notre histoire : un champ à explorer
Marie Petit : Entretien
Jean-Marie Robine : « Il n’est pas déloyal de changer de loyauté »
Daniel Descendre : Suis-je un dinosaure ? Les successeurs
Pierre-Yves Goriaux : Chemin (…)

Disponible aux éditions l’exprimerie : https://www.exprimerie.fr/?Histoire-s

« Moving towards the edge » Advanced Int’l event in Gt, July 2018, Bilbao/Spain

%d blogueurs aiment cette page :