La vie après le suicide d’un proche

En Bretagne, la mortalité par suicide est de 65% supérieure au taux national. Comparée à la mortalité par suicide sur l’ensemble de la France, la Bretagne présente une surmortalité de 65% (+63% chez les hommes et +61% chez les femmes).

Taux de mortalité par suicide, selon le département (chiffres : Observatoire National du Suicide, 2è rapport année 2016) :

– Côtes-d’Armor: 30,5%
– Morbihan: 26,4%
– Finistère: 25,1%
– Ille-et-Vilaine: 20,4%
– France entière: 15,1%

En Bretagne, le suicide n’est pas une fatalité, et reste une priorité régionale de santé.

Pour briser le tabou à évoquer ouvertement ce sujet, freiner une forme de « banalisation » (« c’est comme ça » – « il/elle a choisi » – etc.) que j’entends trop souvent dans mes espaces d’écoute et d’accompagnement, et sortir de la honte, le film de Katia Chapoutier diffusé sur Arte dans l’émission « Le Monde en face » est une référence.

A voir et revoir.

« Un jour d’avril 2006, ma sœur s’est suicidée. J’ai alors été projetée dans un monde inconnu. Un monde fait de « si » et de « pourquoi ». Un monde où les certitudes n’ont plus droit de cité. Un monde dévasté par une bombe atomique dont les effets continuent d’évoluer avec le temps. Certains préfèrent le terme de tsunami. Car une fois la vague retirée, plus rien n’est plus jamais pareil. C’est le quotidien des endeuillés du suicide. » (Katia Chapoutier)

Chaque deuil est différent mais des points communs et des passerelles existent entre toutes les histoires d’endeuillés du suicide. De l’impression de devenir fou à la sensation de honte, du sentiment de colère à la noyade dans l’océan de la culpabilité. Et, puis, bien sûr le torrent des questions inévitables qui finit toujours par une seule et même interrogation : comment, en tant qu’endeuillé, parvient-on à survivre à un tel cataclysme ?

Ce documentaire donne la parole à des endeuillés ; des parents, des sœurs, des conjointes qui ont traversé l’enfer du deuil pour peu à peu revenir vers la lumière. Une parole rare, juste et forte recueillie en toute pudeur par la réalisatrice, elle-même « membre » malgré elle de cette communauté de l’ombre. Une parole qui permet de retracer les grandes étapes du deuil après le suicide d’un proche. Des témoignages d’espoir fondamentaux : une étude menée par l’ONS montre que chaque décès par suicide impacte directement ou indirectement 26 personnes, soit environ 300 000 personnes chaque année.

Un film de Katia Chapoutier

https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/379249-la-vie-apres-le-suicide-d-un-proche.html

d64a417c-phppdjupd

 

Ma lecture de… « Les âmes errantes » de Tobie Nathan

51pa1mgly9l

Emigrer, cest toujours perdre la certitude du monde,

sa fiabilité, l’adéquation du mot et de la chose.

Tobie Nathan, « Les âmes errantes ».

 » Je me suis saisie de ce livre avec appétit, l’ai goûté attentivement et lentement, page après page, en le savourant pleinement sans en perdre une miette. Si je n’avais droit qu’à un seul mot, un seul, pour le qualifier, ce serait plénitude. Comme je suis gourmande, j’y adjoins intensité, densité, abondance, mise à nu et partage. (…) « 

Pour LIRE la SUITE :

https://astriddusendschon.org/ma-lecture-de/les-ames-errantes-tobie-nathan/ 

 

« Mindfulness : des recherches dans le flou… »

Ci-dessous un article paru dans « Le Cercle Psy » reproduit dans son intégralité :

Mindfulness : des recherches dans le flou… par Audrey Minart – Article modifié le

Améliorer la recherche sur la méditation de pleine conscience : c’est ce que recommandent plusieurs chercheurs américains face à l’engouement médiatique pour la méditation de pleine conscience, de plus en plus conseillée comme complément thérapeutique, voire comme alternative. Ils soulignent ainsi plusieurs des faiblesses des études réalisées jusqu’ici, d’abord en mettant en avant la multiplicité des définitions de la pleine conscience et l’importante variété des pratiques de méditation (durée, intensité…). Ils remarquent également que les méthodologies choisies sont souvent les mêmes pour l’étude de la pratique de la méditation cinq minutes par jour via une application de smartphone, comme pour celle effectuée dans le cadre d’une retraite de trois mois. Des pratiques à ne peut-être pas mettre sur le même plan…

Les chercheurs invitent ainsi leurs pairs à préciser, dans chaque recherche, de quel type de pratique il s’agit exactement, et quelles instructions spécifiques ont été données aux participants. Informations généralement manquantes. Ils soulignent en outre le manque régulier de prise en compte des différences individuelles, alors même que de nombreuses données reposent pour beaucoup, du moins en partie, sur l’auto-évaluation. Outre que les définitions d’un « novice » et d’un « expert » varient considérablement d’une étude à une autre, ce qui complexifie les comparaisons, certains participants risquent de ne pas répondre aux questionnaires de la même manière. Ils recommandent également que les futures recherches décrivent et expliquent ce que la méditation de pleine conscience est susceptible de modifier, biologiquement, émotionnellement, cognitivement, socialement et en matière de comportement, afin que les participants comme les observateurs sachent exactement quoi évaluer, ce qui n’est pas toujours clairement établi selon eux. Ils regrettent aussi que la plupart des études soient menées en contexte de recherche, ce qui ne permet pas d’évaluer, par exemple, l’application régulière dans un cadre clinique. Enfin, ils alertent sur les potentiels effets indésirables pour certains participants, qui seraient à préciser davantage.

Mind the hype : a critical evaluation and prescriptive agenda gor research on mindfulness and meditation, Nicholas T. Van Dam, Marieke K. van Vugt, David R. Vago, Laura Schmalzl, Clifford D. Saron, Andrew Olendzki, Ted Meissner, Sara W. Lazar, Catherine E. Kerr, Jolie Gorchov, Kieran C. R. Fox, Brent A. Field, Willoughby B. Britton, Julie Brefczynski-Lewis, and David E. Meyer, Perspectives on Psychological Sciences 1-26, 2017.

et qui fait référence à la publication suivante : « Mind the Hype: A Critical Evaluation and Prescriptive Agenda for Research on Mindfulness and Meditation. » dont voici le résumé :

Abstract

During the past two decades, mindfulness meditation has gone from being a fringe topic of scientific investigation to being an occasional replacement for psychotherapy, tool of corporate well-being, widely implemented educational practice, and « key to building more resilient soldiers. » Yet the mindfulness movement and empirical evidence supporting it have not gone without criticism. Misinformation and poor methodology associated with past studies of mindfulness may lead public consumers to be harmed, misled, and disappointed. Addressing such concerns, the present article discusses the difficulties of defining mindfulness, delineates the proper scope of research into mindfulness practices, and explicates crucial methodological issues for interpreting results from investigations of mindfulness. For doing so, the authors draw on their diverse areas of expertise to review the present state of mindfulness research, comprehensively summarizing what we do and do not know, while providing a prescriptive agenda for contemplative science, with a particular focus on assessment, mindfulness training, possible adverse effects, and intersection with brain imaging. Our goals are to inform interested scientists, the news media, and the public, to minimize harm, curb poor research practices, and staunch the flow of misinformation about the benefits, costs, and future prospects of mindfulness meditation.

KEYWORDS:

adverse effects; contemplative science; media hype; meditation; mindfulness; misinformation; neuroimaging; psychotherapy

Atelier Théâtre THIERRY BRAVO

J’ai plaisir à partager la page web – et ainsi donc la proposition – de cet artiste:

https://www.atelierthierrybravo.com

 

L esprit de cet atelier... - Site de atelierthierrybravo !-page-001L esprit de cet atelier... - Site de atelierthierrybravo !-page-002L esprit de cet atelier... - Site de atelierthierrybravo !-page-003L esprit de cet atelier... - Site de atelierthierrybravo !-page-004

 

 

IfGt Lettre Info Janvier 2018

Document-page-001-5Document-page-002-4Document-page-003-4Document-page-004-2Document-page-005-2Document-page-006

Vient de paraître : Revue Gestalt n°51, « La norme »

GEST_051_L204

« 12 jours » de Raymond Depardon – un regard critique

 » C’est notre avis, et on ne va pas se le cacher, il ne va sans doute pas plaire à tout le monde. Et vous ?  » – Le PsyLab, Dec 19, 2017

EAGT 2019 Conference @ Budapest – SAVE the DATE !

EAGT December 2017 Newsletter

See entire Newsletter here : EAGT

 

%d blogueurs aiment cette page :