Plateforme TND : communiqué du SNP

Le SNP Syndicat National des Psychologues dont je suis membre adhérent, s’inquiète dans le communiqué ci-dessous d’une forme d’orientation dogmatique que prennent les instances d’Etat sur les « TND : troubles du neuro-développement » avec des propositions de parcours de bilan et d’intervention très techniques et technicisés, laissant de côté l’humain, le sujet, la subjectivité, le relationnel, les interventions multi-approches en complémentarité, les approches globales, … . Ces choix dogmatiques ont des conséquences qui sont déjà lourdes – lire pex. ci-dessous, en CMPP. Pour les psychologues libéraux dont je suis, le risque est que l’avenir de notre profession se dessine comme des techniciens et exécutants para-médicaux et administratifs sous l’ordre des caisses et mutuelles – ce qui pose de nouveau la question des dogmes et l’uniformisation sociétale et civilisationnelle d’une certaine vision de l’être humain -, et des suppléants sommés à pallier à et prendre en charge ce qui relève et est la conséquence, depuis de longues années, d’un manque d’investissement en moyens humains et financiers dans la psychiatrie et l’hôpital public français.

Original ici publié le 22 mars 2021. Lire aussi ici les recommendations de la HAS sur les TND publiés en mars 2021.

Plateforme TND : le SNP ne peut pas cautionner !

Depuis 2019, nous avons participé aux travaux auprès de Mme Delphine Corlay, Conseillère spéciale de la Délégation Autisme TND, au sujet des parcours de bilan et intervention précoce des enfants de moins de 7 ans présentant des troubles du neuro- développement. Nous avons régulièrement fait part de nos différends et des positionnements qui pour nous, constituent le cadre de travail nécessaire à la fois pour les usagers et les psychologues. Nous restons sensibles à l’intérêt qui est porté à notre profession et surtout à la reconnaissance des soins qu’apporte une prise en charge psychologique. Néanmoins, plusieurs points ne nous semblent pas réunis pour que cela soit en accord avec la profession et nous permettent de soutenir le projet du forfait TND.

Le Syndicat national des psychologues est défavorable à la prescription médicale et à l’absence de pluralité des approches, c’est une réelle incohérence avec l’autonomie technique et professionnelle du psychologue et verrouille complètement la possibilité du psychologue à s’ajuster au plus proche des besoins de l’enfant. Cela va à l’encontre de nos engagements déontologiques et interprofessionnels.

Nous regrettons le refus de l’ajout de l’expression « notamment » à l’article 2 « Notamment, elles s’appuient sur des thérapies cognitivo-comportementales, de la remédiation neuropsychologique et cognitive et de la psychoéducation ». Par ce refus, est formulé très clairement le souhait de fermeture et une utilisation exclusive des approches cognitives et comportementales. Ce positionnement est difficilement compréhensible. La clinique rappelle en permanence la complexité humaine et son besoin de nuance sur l’état actuel des connaissances et plus particulièrement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Les recommandations de la HAS (qui, nous le rappelons, ne sont que des recommandations), ne concernent ni le retard global de développement, ni le trouble du développement intellectuel, ni autres troubles hors autisme. Il nous apparait ainsi un abus de position dominante que notre syndicat ne peut soutenir au plan des pratiques du psychologue et du savoir scientifique. Il est toujours nécessaire d’ouvrir plus que de fermer, protéger n’est pas normaliser. Nous avons face à nous d’abord des enfants, dont on se doit d’être à l’écoute du développement psycho-affectif et cognitif en premier lieu. L’approche globale est une position éthique.

Le SNP a toujours soutenu l’ensemble des approches de la psychologie et la diversité des professionnels que nous représentons. Le syndicat défend la pluralité des approches pratiques en psychologie : psychologie cognitive et comportementale, neuropsychologie, psychologie du développement, psychologie clinique et psychopathologique….  L’arrêté induit un profond clivage entre les diverses approches psychothérapeutiques. Nous ne pouvons soutenir cela davantage auprès des psychologues de notre syndicat qui ont le souhait de la complémentarité, d’autant que cet arrêté s’intéresse à un ensemble de troubles qui est plus large que l’autisme.

Enfin, c’est aux parents et usagers de garder la liberté du choix des soignants et des méthodes pouvant aller de manière non exhaustive de la psychodynamique, en passant par la psychologie du développement ou encore des thérapies cognitives et comportementales. Il est ici nécessaire que le principe du libre choix, reste un principe fondamental, rappelé par la loi du 4 mars 2002 relative au droit des malades et à la qualité du système de santé et codifié à l’article L. 1110-8 du code de la santé publique : « Le droit du malade au libre choix de son praticien et de son établissement de santé est un principe fondamental de la législation sanitaire. »

Le SNP est défavorable à la prescription médicale et nous demandons une orientation vers un binôme entre les psychologues et médecins dans les différents parcours de soin, tel que défendu par Frank Bellivier, Délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie  La prescription n’existe pas dans les établissements hospitaliers ou le secteur médico-social, du médecin vers le psychologue. Cela fait des années que dans ces secteurs, les psychologues travaillent sans prescription mais en collaboration avec les médecins. C’est un binôme qui a fait ses preuves.

Nous reconnaissons qu’un effort a été fait au niveau des tarifs mais nous ne pouvons pas renier notre éthique et le cadre de travail de notre profession.

Les psychologues ont les compétences pour décider des stratégies thérapeutiques à établir et à en prendre la responsabilité. Nous ne pouvons laisser se reproduire ce qui se passe pour les CMPP de la région Nouvelle Aquitaine : Dans une question écrite à l’Assemblée nationale, Brahim Hammouche, psychiatre, membre de la majorité, attire l’attention du ministre de la Santé sur   « l’évolution surprenante des missions du centre médico-psychopédagogique (CMPP) de la Nouvelle-Aquitaine, telles qu’elles figurent dans le cahier des charges qui a été rédigé récemment par l’Agence régionale de santé de la Nouvelle-Aquitaine  :

Ce cahier des charges pose ainsi un certain nombre de problèmes tant sur le fond que sur la forme. Il est regrettable en effet que les professionnels travaillant dans les CMPP n’aient a priori pas été consultés avant leur rédaction et que leur mise en œuvre ait été fixée dans des délais très courts.(…) Certaines interrogations demeurent par exemple quant à l’injonction qui est faite de ne plus prendre en charge certains enfants et leurs familles dont les pathologies du comportement et des troubles émotionnels ou névrotiques sont qualifiées de « légères ».(…) L’existence aussi d’une dichotomie entre les troubles du neuro-développement (TND) et les autres pathologies, assortie de surcroît de l’attribution de la plupart des moyens financiers aux TND, interpelle. Il est en effet précisé que la majorité des enfants qui seront suivis devront relever des TND. Aussi, on est en droit de s’interroger sur l’avenir de ceux qui ont également besoin d’une prise en charge au sein des CMPP et qui ne sont pas atteints par ces troubles. Qu’est-il prévu pour eux ? (…) Enfin, il est regrettable que ce cahier des charges oublie la dimension relationnelle de la clinique et aille même jusqu’à réduire les éléments psycho-pathologiques, particulièrement lors de troubles neuro-développementaux, à des facteurs annexes modulateurs. Cette orientation risque de ne pas reconnaître, à hauteur humaine, la souffrance dans laquelle sont plongés ces patients, alors qu’il est nécessaire d’assurer une prise en charge ouverte à des pratiques pluridisciplinaires intégratives des données scientifiques et des expériences de terrain, à la hauteur des enjeux et des besoins et à l’écoute de toutes les souffrances psychiques, sans restriction ni réduction ».

En l’absence d’un cadre de travail déontologique qui respecte l’autonomie technique des psychologues et favorise une collaboration féconde avec le corps médical, nous sommes contraints actuellement d’appeler officiellement et médiatiquement l’ensemble des psychologues à ne pas participer à ce dispositif en l’état.

Le SNP vous informe : communiqué sur le remboursement des consultations

Dans ce communiqué de mars 2021, le Syndicat National des Psychologues SNP soulève des questions de fond sur le sujet des remboursements des consultations de psychologues. Si les 3 premiers points sont d’importance, je suis également très attachée au 4ème, qui peut paraître de moindre priorité mais qui assure aux consultants une pluralité des approches et un évitement de l’enfermement dans des dogmatismes, en cette période notamment ceux d’un certain scientisme (ou scientisme certain…).

Adhésion : https://psychologues.org/boutique/adhesion-syndicat/ . Contact : snp@psychologues.org

Le SNP vous informe : cycle de visio-conférences à venir

Ci-joint le programme de visioconférences à venir, organisées par le Syndicat National des Psychologues et accessible à tous.

Adhésion : https://psychologues.org/boutique/adhesion-syndicat/ . Contact : snp@psychologues.org

Lettre d’information de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP)

2020.04.04.bandeau.communique.png

Unis et solidaires, les psychologues sont présents. #psychoenaction

La politique de la FFPP s’est toujours engagée dans la défense du titre unique, la pluralité des approches et la réglementation de notre déontologie.

Aujourd’hui, il s’agit plus que jamais de rester unis. Que les psychologues s’engagent dans l’action, sur le terrain, ou chez eux, dans le maintien d’un lien, qu’ils soient en libéral, subissant de plein fouet les répercussions économiques des mesures de confinement, qu’ils souhaitent répondre bénévolement sur des plateformes téléphoniques, la FFPP veut leur apporter un soutien fédératif. Régulièrement, nous communiquerons sur l’avancée des groupes de travail, des dossiers et des engagements collectifs avec d’autres organisations pour en témoigner.

Notre dossier COVID a été mis en ligne le 31 mars : en cette fin de semaine l’ensemble des dossiers ont donné lieu à 30 000 consultations : il répondait à un véritable besoin. Nous procéderons en début de semaine à une actualisation de nos données, aidés en cela par les nombreux messages d’encouragement et les contributions que nous avons reçus sur l’adresse, psychoenactionffpp@gmail.com, en adressant tous nos remerciements à leurs auteurs.

■ Nous avions proposé une Charte pour structurer les liens entre psychologues et plateformes. Suite à une concertation avec le SNP, nous avons ensemble fait évoluer cette charte pour en faire un outil adapté à une population plus large, ouvrant à une assise consolidée entre organisations de psychologues et contribuant par suite à des garanties plus assurées auprès de la population concernant les services des psychologues.

La FFPP invite les psychologues qui s’engagent sur des plateformes à nous faire part de leur signature de la charte et du dispositif qu’ils ont choisi, à l’adresse suivante psychoenactionffpp@gmail.com

■ Nous avons également rédigé un courrier commun avec le SNP adressé au Directeur Général de la santé pour l’interpeler sur deux propositions :

– la création d’une Cellule Nationale d’écoute psychologique, coordonnant les diverses plateformes existantes, avec une vigilance quant au niveau de qualification des psychologues ;

– l’intégration de représentants de la profession de psychologue dans les instances nationales de gestion de crise.

■ Sollicitée par la HAS, la FFPP a participé à la rédaction d’une fiche « Réponses rapides dans le cadre du COVID-19 – Prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement à leur domicile ». La reconnaissance de la profession tient tant dans les occurrences du document – et donc dans la participation des psychologues dans l’offre de soins ambulatoire – que dans la citation de la FFPP en fin de document, faisant figurer les liens vers les sites des conseils nationaux professionnels (CNP), sociétés savantes, et organisations professionnelles.

Gladys MONDIÈRE & Benoît SCHNEIDER
Coprésidents de la Ffpp

 

Lien vers le site de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP) : ici.

 

Charte d’engagement des psychologues qui souhaitent se porter volontaires sur des plateformes d’écoute :

Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-001Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-002Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-003

Lettre d’information du Syndicat National des Psychologues (SNP)

LOGO-SNP-900x330.jpg

Chers adhérents

La crise sanitaire due à la propagation mondiale du Covid-19 est sans précédent. Elle nous mobilise tous, touchés de près ou de loin par la maladie, devant veiller à respecter les gestes barrières pour empêcher la contamination, poursuivant notre travail de psychologue sur le terrain, en télétravail ou téléconsultations.

Vous trouverez ci-après les communiqués rédigés par les différentes commissions du SNP. Qu’elles soient ici remerciées, pour leur engagement, leurs recherches des textes liés aux implications de la crise sur les conditions de travail, leurs idées de bonnes pratiques, leurs témoignages quant aux modalités exceptionnelles de travail que les psychologues peuvent mettre en œuvre dans l’intérêt général. Ces remerciements vont également à nos deux secrétaires qui se mobilisent fortement dans les réponses aux mails, téléphones, publications ainsi qu’à nos militants en région.

Nous avons signé, avec la FFPP, une charte d’engagement des psychologues qui souhaitent se porter volontaires sur des plateformes d’écoute, en appui sur le code de déontologie des psychologues. Nous recommandons, entre autres, la plateforme BeMyPsy, qui apporte des garanties suffisantes et a tenu compte de nos remarques (vérification du numéro Adeli des psychologues, respect de l’anonymat et garantie de confidentialité, non marchandisation de la participation des psychologues bénévoles, application et respect du code de déontologie), ceci à défaut de pouvoir adhérer à un dispositif national mis en œuvre par la profession.

Nous avons adressé un courrier commun SNP-FFPP au Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, à qui nous avons proposé la création d’une Cellule Nationale d’écoute psychologique, coordonnant les diverses plateformes existantes, avec une vigilance quant au niveau de qualification des psychologues et l’intégration de représentants de la profession dans les instances nationales de gestion de crise.

L’élan solidaire et l’engagement professionnel dont témoignent bon nombre de psychologues sont à souligner. Ils constitueront un appui dans l’après-coup de l’urgence sanitaire et du confinement, où les psychologues, quel que soit leur champ d’exercice, seront au cœur de l’accompagnement des effets post-traumatiques.

En vous souhaitant la meilleure santé possible, bien cordialement

Annie Combet, Secrétaire générale du SNP

Lien vers le site du Syndicat National des Psychologues (SNP) : ici.

 

Charte d’engagement des psychologues qui souhaitent se porter volontaires sur des plateformes d’écoute :

Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-001Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-002Charte-pour-les-téléconsultations-par-des-psychologues-FFPP-SNP-final-page-003

Communiqué : Les psychologues partie prenante de l’accompagnement psychologique au sein de la crise sanitaire du COVID 19

Communiqué-SNP-covid19_VersionPressedu23.03.20-page-001Communiqué-SNP-covid19_VersionPressedu23.03.20-page-002

Guide pratique : L’exercice libéral de la psychologie (Edition 2018)

Une édition du SNP, Syndicat National des Psychologues.

7ed8c4fc-b5c6-41a9-89f5-f08b8a73b36a.jpeg

 » Le Guide pratique « L’exercice libéral de la psychologie » a été réédité.

A jour sur la question du cumul, le statut de micro-entrepreneur, l’accessibilité, etc.

Il s’adresse à tous les psychologues qui cherchent à s’installer en libéral ou se posent juste la question. Il vous permettra de faire le point sur toutes les démarches et obligations ! « 

%d blogueurs aiment cette page :