« Le lien, au temps du confinement… » par Gilles Delisle

J’ai plaisir à vous partager ce texte de Gilles Delisle, reçu ce jour.

 

« Le lien, au temps du confinement… »

« Si nous sommes incapables d’affronter notre propre solitude, nous ne faisons qu’utiliser les autres comme des boucliers. »

Et Nietsche a pleuré, Irvin Yalom

La crise que nous traversons est de nature à mettre à l’épreuve les plus résilients d’entre nous. Plus que jamais, le psychothérapeute et son client ont une base commune d’incertitude. Et… chacun sait que l’autre sait.

Ce qui était tenu comme allant de soi il y a quelques semaines encore, nous semble désormais à la fois lointain, précieux et incertain. C’est en ces temps de stress intense que la relative fragilité de certains acquis développementaux se rappelle à nous. Comment maintenir sa sécurité dans l’attachement, quand autant de personnes qui nous sont chères, sont désormais inaccessibles ? Comment maintenir son estime de soi, quand on perd ses miroirs sociaux ?  Comment garder Éros, quand Thanathos rôde…? Autant de questions qui, plus ou moins consciemment, se promènent dans le mode interne.

Rarement dans l’histoire de notre profession aura-t-on vécu de manière aussi essentielle, le caractère inaliénable du lien humain. Quoi que nous estimions thérapeutique dans nos interventions, que ce soit la justesse de l’interprétation, la résonance empathique, ou le travail de l’ici et maintenant, l’essentiel en ce temps de crise est que le thérapeute soit là ! Encore et toujours. Malgré et avec sa propre inquiétude, sa propre peine. Relié plus que jamais.

Au sortir de cette longue traversée, nous nous souviendrons de ces temps où l’essentiel est apparu, sans fard.

Gilles Delisle

 

Gilles Delisle, Ph.D. est directeur du Centre de formation le CIG depuis 1981.  Il est aussi professeur associé à l’Université de Sherbrooke. Il est membre de la Société Gilles_Delisle.jpginternationale de neuropsychanalyse. L’Ordre des psychologues lui a remis le Prix Noël-Mailloux en 2010. Il est formateur invité de plusieurs instituts étrangers et il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la psychopathologie et sur la psychothérapie. Il a dirigé la traduction des ouvrages de neurosciences appliquées à la psychothérapie : La régulation affective et la réparation du Soi (Schore, 2008) et La neuroscience de la psychothérapie, guérir le cerveau social (Cozolino, 2012).  Co éditeur du livre: Une psychothérapie du lien : Genèse et continuité (2012) Co auteur de Les troubles de la personnalité, perspective gestaltiste (2018) 4e édition

Naissance d’une association de PGRO

Ci-dessous une information concernant la naissance de l’association de pairs professionnels en PGRO. Les éléments sont extraits du site de l’association https://www.assopgro.com .

logo.png

Définition de la PGRO

La Psychothérapie Gestaltiste des Relations d’Objet ou Psychothérapie du lien est élaborée dans les années 1990, par Gilles Delisle, à Montréal, elle articule la gestalt-thérapie, la psychanalyse des relations d’objet et depuis quelques années les découvertes des neurosciences affectives.

« La relation entre la personne en thérapie et le thérapeute est le support central du traitement. C’est une thérapie fondée sur le dialogue, l’accueil des affects, la recherche du sens des expériences dysharmonieuses, l’expérimentation avec le thérapeute de nouvelles façons d’être et de vivre en relation. »

Chacun d’entre nous a vécu dans son enfance des expériences qui ont pu perturber son développement psychoaffectif et conditionner ses réactions émotionnelles. Ces perturbations se rejouent, se reproduisent dans les différentes sphères de la vie (couple, famille, travail, loisirs, etc.) et provoquent des impasses relationnelles et de la souffrance.
Ces distorsions relationnelles se produisent aussi dans la relation thérapeutique ce qui permet de les reconnaître, d’en élaborer le sens ensemble et de chercher à régénérer les capacités perturbées grâce à une relation fondée sur l’accueil de la souffrance, la présence attentive, l’intimité, le non jugement, la créativité et l’intégrité.

Dans cette approche, nous accordons une place importante :

  • Aux ressentis des personnes en thérapie, sensations corporelles et émotions, à leur prise de conscience fine et à leur expression, ainsi qu’à la compréhension de ce qui les provoque.

  • Aux ressentis du thérapeute, en résonance avec ceux de leurs client(e)s.

  • Aux façons plus ou moins ajustées des personnes de réguler leurs émotions ou de ne pas y arriver dans certains cas.

  • Aux fluctuations du lien entre le thérapeute et la personne en thérapie (ce qui nous rapproche, nous éloigne, nous fait peur, nous rend agressifs, tristes, joyeux, etc.).

  • A la vision que la personne a d’elle-même et du monde, vision qui oriente ses choix et ses décisions.

  • A l’engagement du thérapeute dans une « vraie relation réparatrice» seule porteuse de transformation durable.

par Jean-François Gravouil, inspiré du contrat de thérapie écrit par Gilles Delisle

Adhérer à l’asso

Cette association n’est pas un nouvel organisme de formation, elle n’a pas vocation à porter la parole de ses adhérents ou à en défendre les intérêts, ni à les agréer ou à certifier leurs compétences professionnelles.

Alors pourquoi adhérer à l’asso PGRO ?

Nous souhaitons que nos adhérents s’inscrivent dans une démarche participative et responsable.

Pourquoi en effet, adhérer à une association dont le site est libre d’accès pour une bonne partie des contenus ?

Parce qu’adhérer c’est pouvoir :

  • appartenir à un groupe de partage théorico-clinique.

  • pouvoir contribuer à la publication d’articles nourrissant notre réflexion en PGRO.

  • figurer dans un annuaire interne, accessible aux adhérents, et permettant à chacun de se mettre en contact avec d’autres professionnels.

Et enfin adhérer c’est permettre à notre association de fonctionner en finançant un site internet et l’organisation des journées théorico-cliniques…

Nous pensons aussi que développer sa pratique, passe  par un large échange et partage de nos expériences
cliniques, ainsi que par l’intégration d’autres apports, d’autres sources théoriques.

C’est pourquoi, nous avons le désir, de construire avec vous une structure souple et agile, particulièrement orientée vers la croissance et le développement des praticiens / coachs au service de la clinique, et par conséquent de la PGRO.

Alors si comme nous, vous êtes attachés à ces valeurs de partage, si vous êtes curieux et enthousiastes, pour démarrer cette aventure, rejoignez-nous dès aujourd’hui !

 

Les éléments ci-dessus sont extraits du site. Information complète sur

https://www.assopgro.com .

« Le développement du psychothérapeute: ses modalités, ses effets, son impact » avec Gilles Delisle, Ph.D. à Paris

original : CIG (Centre d’Intégration Gestaltiste)

Le développement du psychothérapeute : ses modalités, ses effets, son impact

avec Gilles Delisle, Ph.D.

30 avril et 1er mai 2020 à PARIS

Témoin » Confronté à une panoplie sans cesse croissante de traitements plus ou moins probants, promus par ce que Silbershatz (2013) a appelé l’Evidence-based marketing, le psychothérapeute est en droit de se demander la part qui lui revient dans le succès ou l’insuccès de ses interventions.  Or, qu’ils soient soutenus empiriquement ou non, qu’ils soient manualisés ou non, qu’ils s’enracinent plus ou moins dans les meilleures pratiques, tous les traitement psychothérapeutiques sont, pourrait-on dire, « administrés par voie relationnelle ».  Selon le diagnostic, le contexte de soins, le type de traitement et les ressources du client, la relation thérapeutique jouera un rôle plus ou moins décisif dans le succès ou l’insuccès de la démarche.  Le psychothérapeute conscient de ses propres caractéristiques mises en jeu dans l’intervention sera mieux à même d’adopter les attitudes et les conduites les plus aptes à maximiser son impact.  Au fur et à mesure de son développement et de sa maturation, à diverses étapes de sa vie professionnelle, il saura mieux cibler ses zones d’excellence et veiller sur ce qui, dans sa propre personne, peut affaiblir ou maximiser son impact.

Cette activité de perfectionnement clinique souhaite outiller sa réflexion et l’aider à baliser optimalement son développement futur en s’inspirant des recherches les plus rigoureuses et des meilleures pratiques, y inclus celles du formateur qui a consacré l’essentiel de quatre décennies à la formation des psychothérapeutes.

  • La contribution du psychothérapeute au succès de la thérapie :  état de la recherche
  • Caractéristiques personnelles et efficacité professionnelle :  convergence et divergence des trajectoires
  • L’identité personnelle et les affinités théoriques :  évolutions parallèles et évolutions croisées
  • Les pratiques difficiles ou désengagées :  leurs causes et leur évolution
  • Les activités de formation et leur impact sur le développement du psychothérapeute :  mythes et réalités
  • Les phases de maturation du psychothérapeute :  implications pour le pairage thérapeute-client
  • La pratique réfléchie et le développement auto-géré : pistes et outils

Responsable de l’activité : Gilles Delisle, Ph.D.  »

%d blogueurs aiment cette page :