L’individu ingouvernable par Roland Gori

Le Monde Diplomatique, Avril 2016.

Initiateur du mouvement L’Appel des appels, le psychanalyste Roland Gori revient à la crise du libéralisme qui a vu naître la psychanalyse, à la fin du XIXe siècle, afin d’y puiser de quoi imaginer un avenir qui échappe à la répétition de l’histoire. Objectif : contrer le retour des totalitarismes, lesquels prendraient aujourd’hui les formes du « technofascisme », de la « tyrannie d’une normalisation généralisée » et des « théofascismes ». Selon lui, le conflit entre l’aliénation et la liberté est lié à un gori-44440.jpgnéolibéralisme qui soumet le sujet sans répondre à son double besoin d’autonomie et de reconnaissance. Cette réflexion érudite, ouvrant quantité de pistes, laisse en suspens la tension entre individu et collectif, mais se révèle fertile. Dans cette riposte à ceux qui annoncent la chute de la psychanalyse ou célèbrent la fin des utopies, Gori développe les passerelles entre psychanalyse, politique et art. Apparaît l’idée selon laquelle l’artiste serait « l’individu ingouvernable » par excellence : l’art, qui « ne supporte pas le conformisme », l’obligerait à refuser de « s’adapter » — première abdication — et à créer sa propre vie.

Ingrid Merckx

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prendre rendez-vous en ligne
%d blogueurs aiment cette page :