La vie après le suicide d’un proche

En Bretagne, la mortalité par suicide est de 65% supérieure au taux national. Comparée à la mortalité par suicide sur l’ensemble de la France, la Bretagne présente une surmortalité de 65% (+63% chez les hommes et +61% chez les femmes).

Taux de mortalité par suicide, selon le département (chiffres : Observatoire National du Suicide, 2è rapport année 2016) :

– Côtes-d’Armor: 30,5%
– Morbihan: 26,4%
– Finistère: 25,1%
– Ille-et-Vilaine: 20,4%
– France entière: 15,1%

En Bretagne, le suicide n’est pas une fatalité, et reste une priorité régionale de santé.

Pour briser le tabou à évoquer ouvertement ce sujet, freiner une forme de « banalisation » (« c’est comme ça » – « il/elle a choisi » – etc.) que j’entends trop souvent dans mes espaces d’écoute et d’accompagnement, et sortir de la honte, le film de Katia Chapoutier diffusé sur Arte dans l’émission « Le Monde en face » est une référence.

A voir et revoir.

« Un jour d’avril 2006, ma sœur s’est suicidée. J’ai alors été projetée dans un monde inconnu. Un monde fait de « si » et de « pourquoi ». Un monde où les certitudes n’ont plus droit de cité. Un monde dévasté par une bombe atomique dont les effets continuent d’évoluer avec le temps. Certains préfèrent le terme de tsunami. Car une fois la vague retirée, plus rien n’est plus jamais pareil. C’est le quotidien des endeuillés du suicide. » (Katia Chapoutier)

Chaque deuil est différent mais des points communs et des passerelles existent entre toutes les histoires d’endeuillés du suicide. De l’impression de devenir fou à la sensation de honte, du sentiment de colère à la noyade dans l’océan de la culpabilité. Et, puis, bien sûr le torrent des questions inévitables qui finit toujours par une seule et même interrogation : comment, en tant qu’endeuillé, parvient-on à survivre à un tel cataclysme ?

Ce documentaire donne la parole à des endeuillés ; des parents, des sœurs, des conjointes qui ont traversé l’enfer du deuil pour peu à peu revenir vers la lumière. Une parole rare, juste et forte recueillie en toute pudeur par la réalisatrice, elle-même « membre » malgré elle de cette communauté de l’ombre. Une parole qui permet de retracer les grandes étapes du deuil après le suicide d’un proche. Des témoignages d’espoir fondamentaux : une étude menée par l’ONS montre que chaque décès par suicide impacte directement ou indirectement 26 personnes, soit environ 300 000 personnes chaque année.

Un film de Katia Chapoutier

https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/379249-la-vie-apres-le-suicide-d-un-proche.html

d64a417c-phppdjupd

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :