« 2èmes conversations obliques » par l’IFGT 28 & 29 octobre, Bordeaux

2èmes conversations obliques

arton55-9dfa8Les 28 & 29 octobre 2015 à Bordeaux par l’IFGT

 » Converser, c’est s’entre-tenir…
c’est faire un voyage pour se déplacer de son axe habituel et soutenir une
rencontre singulière. C’est entrer dans une complexité qui décale, déroute parfois, et en même temps transforme. Pour converser, il faut se côtoyer, s’associer, se différencier, accueillir l’autre, lui faire place, créer un agencement du je tu nous . Converser , c’est déjà tout un programme.
 .

L’expérience dépressive…

Le malheur de vivre a toujours eu partie liée avec la condition humaine. Mais comment peut-on imaginer souffrir de soi, être écrasé d’une lourdeur du vivre, terrassé par un sentiment d’échec, angoissé au point de rétrécir son paysage affectif, de douter de ses ressources et de celles de l’environnement, de ne plus s’envisager d’horizon… c’est cette prise en masse du corps et de la pensée, accompagnée d’un sentiment de désespoir, que l’on désigne depuis la moitié du siècle dernier sous le mot de dépression .
La dépression, une maladie réelle ou induite, l’expression singulière d’un contexte de vie, une résistance à l’exigence excessive de l’organisation sociale, une réponse liée à l’émergence de l’individualisme contemporain,
une possibilité de prendre en compte des éléments de réalité, un mode d’être au monde… ?
Le succès médical et social de la dépression semble significatif d’un changement dans la perception que l’homme a de
lui-même.
Les Gestalt-thérapeutes, que l’Institut Français de Gestalt-Thérapie forme depuis plus de 35 ans, s’appuient essentiellement sur la théorie du champ et la phénoménologie ; ce qui n’est pas sans influer sur la façon dont ils envisagent la souffrance humaine et la psychopathologie.
L’IFGT vous convie pour ces deuxièmes conversations obliques, à penser ou repenser la dépression. Il s’agira d’en enrichir la définition grâce aux différents intervenants et aux échanges d’expérience clinique, afin de donner sens à notre posture de thérapeute en présence de “l’expérience dépressive“. « 
.

Intervenants

Xavier Briffault
chargé de recherches HDR au CNRS, Gestalt-thérapeute, Membre du Haut Conseil de la Santé Publique, Sciences sociales et épistémologie de la santé, auteur de La fabrique de la dépression (A. Colin 2010)
Pascal-Henri Keller
psychanalyste, professeur de psychologie clinique et de psychopathologie, auteur de Lettre ouverte au déprimé (Ed. Dunod 2013)
Gianni Francesetti
psychiatre, Gestalt-thérapeute, président de l’EAGT (European Association of Gestalt-therapy), a dirigé l’édition de
Attaques de panique et post-modernité (Ed Exprimerie 2009) et co-dirigé l’ouvrage Psychopathologie en Gestalt-thérapie (Ed Exprimerie 2013)
Pierre-Yves Goriaux
directeur de l’Institut Français de Gestalt-Thérapie, Gestalt-thérapeute agréé par le Collège Européen de Gestalt- thérapie, superviseur, formateur / didacticien international, Membre de l’EAGT.

Informations et inscriptions  : ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :