IBG : Colloque avec M Benasayag et al. : « D’une clinique de l’individu à une clinique de situation »

Colloque21marsp1 Colloque21marsp2

COLLOQUE

D’une clinique de l’individu

à une clinique de situation

à l’Institut Belge de Gestalt-thérapie, Bruxelles

.

.

.

ORATEURS
Miguel BENASAYAG : philosophe et psychanalyste, chercheur en épistémologie et ancien résistant guévariste franco-argentin, auteur de nombreux ouvrages (ex. : « Les passions tristes », « De l’engagement dans une époque obscure », « le mythe de l’individu »…)
Claude MACQUET : sociologue intéressé par les courants pragmatistes et interactionnistes, directeur du Centre de Post-Cure « Les Hautes Fagnes », professeur Université de Liège, auteur de plusieurs ouvrages dont « Aliénation ou style de vie »
Jean-Marie ROBINE  : psychologue, gestalt-thérapeute, fondateur de l’institut Français de Gestalt-thérapie, formateur intenational, auteur de nombreux ouvrages (ex. : « S’apparaitre à l’ occasion d’un autre », « Le changement social commence à deux »)
FACILITATEUR
Jacques BLAIZE : philosophe, gestalt-thérapeute, formateur et superviseur international, auteur de « Ne plus savoir – phénoménologie et éthique de la psychothérapie »

Le concept de SITUATION apparaît souvent en Gestalt-thérapie, mais il a été peu approfondi et fréquemment confondu avec la notion de champ.
Ce concept se retrouve chez plusieurs auteurs contemporains. Il recouvre chez tous un autre paradigme que celui qui préside à la psychothérapie centrée sur l’individu.
En Gestalt-thérapie, Jean-Marie ROBINE travaille à préciser ce concept. Il nous livrera ses dernières réflexions sur ce sujet qu’il explore depuis plusieurs années.
Hors du champ de la Gestalt-thérapie Miguel BENASAYAG développe une pensée riche et originale, où il aborde notamment ce concept le reliant lui aussi à un autre regard sur l’individu et sur la psychothérapie. Nous aurons l’occasion de découvrir les similitudes et divergences avec notre théorie.

Le concept gestaltiste de « situation » pourrait avoir des racines dans des courants américains qui généralement nous sont peu connus. La plongée par Claude MACQUET dans le courant « interactionniste » (Mead, Goffman,Dewey, etc) nous fera percevoir les surprenantes résonnances avec la Gestalt-thérapie. Nos «pères fondateurs» s’en sont-ils inspirés ? Approfondir ce concept nous paraît particulièrement stimulant. Il ouvre à
un autre regard sur la psychothérapie. Il peut nous aider à revisiter notre théorie et à ouvrir une pratique.

Détails et inscriptions : Institut Belge de Gestalt : ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :