« Créer un couple durable. Entre câlins et tempêtes » (InterÉditions, 2011)

Pour bien vivre en couple, suffit-il de s’aimer ?

« Créer un couple durable. Entre câlins et tempêtes » (InterÉditions, 2011)

Anne Sauzède-Lagarde, Jean-Paul Sauzède

26 Janvier 2011

Comment créer un couple durable, par-delà les crises et les années ? Pourquoi faut-il prendre soin de son couple et au besoin consulter des thérapeutes expérimentés ?

Anne Sauzède-Lagarde et Jean-Paul Sauzède, couple professionnel et dans la vie, fondateurs de l’École du Couple, partagent avec le lecteur plus de 20 ans de pratique et d’expérience dans Créer un couple durable. Entre câlins et tempêtes (InterÉditions, 2011). Complet et illustré, cet ouvrage constitue un véritable guide pour les couples, pour développer leur propre dynamique. Les thérapeutes et praticiens du couple y puiseront également des bases théoriques pour leur propre pratique.

Pourquoi depuis quelques années les couples ne résistent-ils plus aux premières difficultés ? Est-ce un phénomène de société ?

Le couple,c’est d’abord une histoire d’amour, le désir d’être heureux, de s’entendre parfois même de se compléter, de s’épanouir ensemble.

Avoir des enfants, partager un projet professionnel ou des valeurs communes ne sont plus des raisons suffisantes face à une exigence parfois tyrannique de bonheur à deux. On ne peut que se réjouir de cette attente qui met en avant la relation amoureuse et l’importance des personnes (et non plus des biens, des intérêts communs ou d’obligations sociales) comme étant au cœur du couple.

Mais trop d’exigence rend parfois la vie en couple douloureuse et rapidement (trop ?) impossible.

Par ailleurs, nous sommes dans une configuration totalement nouvelle dans l’histoire de l’humanité. Jamais les humains n’ont eu la possibilité de vivre si longtemps ensemble. Or le couple est un organisme vivant qui connaît ses crises de croissance, de doute, de fatigue et ses besoins de se renouveler qui parfois conduisent les partenaires à se séparer.

– Chaque couple a sa dynamique propre. Existe-t-il des « profils » plus aptes à franchir à deux les différents stades des sentiments et les différentes étapes de vie ?

Il n’y a aucun profil qui soit plus adapté que d’autres pour traverser une vie de couple. Pas de « certificat d’aptitude », ni de « bon de garantie ». Les couples qui paraissent avoir le plus de ressources sont parfois ceux qui se séparent le plus rapidement ! L’important pour un couple sont de vérifier ensemble leurs capacités à traverser une crise. Certains le font dans le silence, d’autres dans la colère, d’autres dans des discussions fastidieuses. Chaque couple va développer ses modes d’emploi, ses recettes les plus adaptées, qui sont rarement applicables au couple voisin.

– Vous évoquez 5 notions-clés pour bien vivre en couple. Quelles sont-elles ?

Ce sont 5 notions qui, de notre point de vue, organisent, au risque parfois de la désorganiser, la vie du couple. Ce sont cinq points d’observations qui permettent d’ouvrir une compréhension du conflit que traverse le couple et ouvrent des voies de sortie de crise. Il s’agit de la notion de hiérarchie et des jeux de pouvoir au sein du couple (qui décide quoi pour qui et comment ?), celle de l’engagement entre les partenaires (quel lien et quelle sécurité le couple a-t-il établis de façon explicite ou implicite), celle des frontières organisant la distance au sein du couple (comment le couple s’organise entre le commun et le singulier (les vacances, les espaces dans la maison, les loisirs communs ou pas, etc.), celle de la différenciation et en particulier d’avec les familles d’origine (quel est l’impact et la présence des familles d’origine ?) et enfin celle des blessures existentielles que le couple peut rencontrer au cours de sa vie (avortement, décès d’un parent, déménagement, chômage…). Ces cinq pistes permettent d’éclairer le couple sur son problème et de défocaliser son attention de ce qui n’est souvent qu’un symptôme (l’un des partenaires ne parle pas, absence de sexualité, relation extra-conjugale, sur-investissement dans la fonction parentale, ou dans l’activité professionnelle, etc.)

Consulter en couple pour surmonter des difficultés, est-ce fréquent ? Quelle formation ont les praticiens ?

Non, les couples, de notre point de vue ne consultent pas assez les thérapeutes de couples, et souvent ils le font trop tard. Nous considérons que le couple est un organisme qui peut aussi être malade. Face à la maladie, il est souvent nécessaire d’aller consulter un spécialiste qui permette d’envisager la guérison. Nous le faisons pour notre corps, même pour notre voiture, mais ne savons pas prendre soin de notre couple, organiser des révisions régulières de son fonctionnement ou faire appel à un professionnel pour nous faire aider lorsque notre couple souffre.

Beaucoup de praticiens reçoivent des couples sans avoir une formation adaptée pour ce type de clientèle ce qui est regrettable. On peut toujours vérifier auprès d’un psycho praticien s’il a une formation adaptée. C’est en tous les cas ce que nous proposons aux professionnels dans le cadre de l’École du Couple (www.ecoleducouple.com).

Article consultable sur le site de Dunod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :